Un record. Le baril de pétrole a dépassé lundi pour la première fois 120 dollars, en raison de perturbations sur des sites au Nigeria, premier producteur africain d'or noir.

En Asie, des fermiers indiens, dans le nord au Rajasthan, redécouvrent les bienfaits des chameaux et rangent leur tracteur, trop gourmand en carburant. Du coup, la valeur du brave animal a triplé en deux ans.

En Suisse, le prix à la pompe atteint 2 francs le litre, le plein dépasse le seuil psychologique de 100 francs.

En France, le compte-gouttes fonctionne à plein régime! Les automobilistes remplissent leur réservoir à coups de 10 euros. Les pompistes refont leur apparition dans certaines stations pour éviter les vols.

Aux Etats-Unis, les chauffeurs de poids lourds manifestent. Certains automobilistes... prient. A San Francisco est né le groupe «La prière à la pompe»: «Mon Dieu, les prix ont monté à cette pompe depuis la semaine dernière. Nous savons que tu es capable, que tu as tous les pouvoirs du monde. Nous aurons une baisse de l'essence», chante en chœur un groupe de 200 personnes dans une station d'essence. D'autres, plus raisonnablement, achètent des petits modèles.