«Après la suspension des négociations de Doha, les autorités ont du temps pour faire des recherches complémentaires», écrivait un syndicat paysan en octobre, rêvant de scénarios sur la «souveraineté alimentaire» à l'horizon... 2030.

Douce illusion! D'abord, les négociations commerciales de l'OMC pourraient redémarrer bientôt (lire ci-dessous). Ensuite, plus ennuyeux pour les milieux agricoles, une motion d'une commission du Conseil des Etats s'en prend au système des paiements directs tels que calculés jusqu'ici, à la surface et au nombre d'animaux. Les parlementaires comme RolfSchweiger ou Eugen David veulent introduire des critères qualitatifs et d'innovation, selon l'hebdomadaire Cash.

Avenir Suisse, la tête chercheuse des milieux économiques, publiera à la fin du mois une étude complète et très critique sur le mode des paiements directs. Un autre rapport du professeur de l'EPFZ s'en prend au saupoudrage des subventions du point de vue de l'aménagement du territoire.

Pour les paysans qui croient qu'on peut toujours reporter les réformes, le réveil s'annonce brutal.