Air France maîtrise l'art de la publicité. Mercredi, la compagnie française a annoncé deux nouvelles alléchantes pour ses passagers. D'abord, ceux qui voyagent de Paris à Amsterdam testeront une nouvelle carte d'embarquement électronique, sur leur téléphone portable. C'est une première mondiale.

Ensuite, Air France annonce qu'elle va abaisser sa surcharge carburant dès vendredi pour faire bénéficier ses clients de la baisse des cours du pétrole.

Mais attention, pas de quoi s'offrir le champagne! La baisse sera de 4 euros sur un moyen-courrier, de 10 euros sur un long-courrier.

Au moins Air France consent-elle un geste. Et que font les autres compagnies qui ont enchaîné les surcharges pendant tous ces mois où le baril flambait? Rien pour l'instant, du moins rien qu'elles aient communiqué.

Le consommateur, d'ailleurs, est nettement moins revendicatif quand il s'agit d'avion que quand il s'agit de sa voiture. Le prix du litre d'essence est surveillé quotidiennement à la colonne, alors qu'il est composé pour moitié de taxes incompressibles, tandis que le prix du kérosène - qui, étant détaxé, devrait mieux réagir à la baisse - ne suscite guère d'intérêt.

Sans pression, les compagnies ne se hâteront pas de baisser les prix: IATA annonçait mardi qu'elles afficheront globalement des pertes de 5 milliards de dollars en 2008.