Les mouvements des marchés anticipent l'avenir? Ils reflètent tout autant les obsessions d'une époque. Aujourd'hui, il s'agit du pétrole, qui a touché hier un nouveau record. Ces dernières semaines, Petrobras est ainsi devenue la nouvelle entreprise en vogue, comme Gazprom, lors de l'ouverture de son capital, il y a deux ans. Pas un gérant de fonds qui n'omette de citer la «major» étatique brésilienne. Un engouement tel que la hausse de 115% de ses actions en six mois permet à sa valeur boursière - 295 milliards de dollars - de dépasser celle de Microsoft. Selon l'agence Bloomberg, Petrobras est devenue la sixième plus importante société cotée en bourse au monde.

Depuis un mois, la nouvelle de la découverte d'un très important gisement au large des côtes brésiliennes - le plus prometteur des trente dernières années sur le continent américain - suscite tous les appétits. Peu importe que le champ en question soit connu depuis septembre - ce qui a laissé du temps aux marchés pour s'adapter - et que l'évaluation de réserves astronomiques lâchée précipitamment par des officiels brésiliens le mois dernier concerne une zone infiniment plus vaste, restant à sonder. Attention également à l'effet loupe provoqué par la dépréciation de 10% du dollar face au real en six mois... qui a permis à Petrobras de rattraper d'autant plus rapidement Microsoft.