A l'ombre de sa «roche de Solutré», notre ministre de l'Economie a présenté un programme où il insiste sur la nécessité de structurer le capital développement. Son secrétaire d'Etat à l'Economie, l'industriel David Syz, devra mener ce projet à bien. En attendant, les candidats au start up ont l'impression qu'on la leur joue «miroir aux alouettes». Ils continuent à galérer entre les écueils du montage de leurs dossiers, à se cogner la tête dans les portes de ce qui existe dans le venture capital et à s'égarer dans les couloirs du financement.

Ambitieux et certainement généreux, le projet que la Confédération prépare ne doit pourtant pas être une couche supplémentaire sur un vide que les régions, les cantons ou les communes s'appliquent déjà à remplir avec des fortunes très diverses. Dans ce pays, les bonnes volontés pullulent autant que les vœux pieux en matière de capital-développement. Mais il manque une institution financière sérieuse qui puisse juger des projets intéressants, les structurer en faisant appel aux rares spécialistes disponibles, sache fédérer leurs financements et puisse les accompagner dans leur croissance.

Entre le meilleur et le pire qui existent déjà, il manque une banque d'affaires à l'anglo-saxonne qui s'intéresse aux nouvelles entreprises sur une base différente que celle du seul octroi de crédit. Les rares fonds spécialisés ont des vues trop régionales ou trop sectorielles. Parfois, ils dépendent d'une banque qui défend ainsi ses intérêts propres. Or, le capital-développement n'est pas une affaire partisane. C'est un état d'esprit entrepreneurial qui manque tout simplement.

Un programme économique peut le promouvoir. Une banque d'affaires spécialisée doit sûrement mieux le stimuler. Mais qui? Les deux grandes traînent les pieds et leurs réalisations sont mineures au regard des besoins. Les banques cantonales ou régionales? Elles n'ont ni assise nationale ni expertise. La Poste? Elle a les fonds et la couverture géographique. Mais a-t-elle encore envie de devenir une banque avec les risques que cela implique?