Dans le commerce de détail, la baisse des prix n'est pas prête de s'arrêter. Le consommateur a de quoi se réjouir. Témoin le lancement récent par Coop de sa gamme de produits à bas prix. Ou les nouvelles actions sur les articles de Denner et l'élargissement du nombre de produits estampillés M-Budget.

Une fois n'est pas coutume, les stratégies des acteurs suisses se prolongent sur le terrain de la publicité. Le géant orange et son concurrent Denner attaquent depuis peu, à coup d'affiches placardées dans les meilleurs emplacements, les «hard discounters» Aldi et Lidl. Terrain de la bataille: les petits prix. Le lancement de la campagne intervient une année avant que les géants germaniques n'ouvrent leur premier magasin en Suisse. Une année avant que le marché ne soit inondé de produits à très bas prix.

Ironie du sort: pour la première fois, une campagne publicitaire est orchestrée par un fournisseur contre ses clients. Migros vend notamment ses propres biscuits à Aldi et Lidl en Allemagne. Pour un consommateur allemand, le prix d'un paquet avoisine 1,50 franc. En Suisse, l'emballage est différent. Le prix aussi: l'acheteur débourse 2,60 francs. Ainsi, pour un produit identique, un amateur munichois de japonais paie aujourd'hui 42,3% moins cher qu'un gourmand zurichois. C'est ce que révèle cette semaine l'hebdomadaire alémanique NZZ am Sonntag.

Cet exemple illustre parfaitement le chamboulement des rôles dans le commerce de détail. Depuis qu'Aldi et Lidl ont décidé d'envahir la Suisse, ces derniers ne sont plus de simples clients de Migros. De facto, ils en deviennent ses principaux concurrents. Le géant orange devra donc continuer à baisser ses prix. La raison est simple: les produits vendus par Migros à Aldi et Lidl en Allemagne risquent, demain, d'être écoulés sur les palettes helvétiques des casseurs de prix. Le consommateur suisse pourra déguster les biscuits Migros «au rabais» en s'approvisionnant chez les deux «hard discounters». Cela prouve que le géant orange, tout comme ses concurrents, a encore une marge de manœuvre… pour réduire ses marges.