Monnaie

Pas de repit dans le bras de fer Chine - Etats-Unis autour du yuan

Alors que la Chine a annoncé une diminution de son excédent commercial et une baisse des exportations pour le mois d’août, Washington estime que l’assouplissement de la politique de change entamé par Pékin depuis juin lui a peu profité jusqu’à présent

L’assouplissement de la politique de changes de la Chine a, jusqu’à présent, peu profité aux Etats-Unis. C’est ce qu’estiment Washington à partir des chiffres du commerce extérieur de la première économie mondiale pour le mois de juillet, publiés jeudi. La Chine avait annoncé le 19 juin qu’elle allait permettre à sa monnaie de flotter plus librement, après deux ans d’arrimage au dollar. En juillet, le yuan valait en moyenne 0,7% de plus qu’au moment de cette annonce.

Dans l’immédiat, le résultat a été de renchérir les biens importés depuis la Chine. La valeur en dollars de ces importations a atteint en juillet son plus haut depuis huit mois, à 33,3 milliards de dollars. Le déficit des échanges avec la Chine montait à 25,9 milliards. Pékin avait d’ailleurs annoncé que son excédent commercial avait fait un bond lors de ce mois, à 28,7 milliards de dollars.

La dernière usine d’ampoules

Pour beaucoup d’économistes, il y a peu d’espoir que les choses s’améliorent rapidement car les Etats-Unis ne peuvent plus se passer de tous les biens de consommation que leur expédie la deuxième économie mondiale, même s’ils deviennent plus chers. Mercredi, le «Washington Post» consacrait sa Une à la fermeture de la dernière usine américaine d’ampoules électriques, «une triste fin pour un produit qui est né avec les innovations de Thomas Edison dans les années 1870». Une écrasante majorité des ampoules qui éclairent les Etats-Unis sont aujourd’hui «made in China».

Mais vendre ses produits en Chine reste difficile avec un yuan sous-évalué, face à une puissance économique qui est de plus en plus capable de tout produire. En juillet, le bond des exportations américaines (+1,8% sur un mois) a été en bonne partie dû à un secteur où la Chine est absente, l’aéronautique.

Si les Etats-Unis veulent rééquilibrer leurs échanges avec la Chine, ils doivent surtout exporter davantage vers le pays le plus peuplé du monde. «Il serait contre-productif de se polariser juste sur le taux de change. C’est seulement une des pièces du puzzle», disait lundi au Figaro l’économiste en chef du Fonds monétaire international, Olivier Blanchard. Mais parmi ces pièces, Washington n’en détient presque aucune.

Limites de la diplomatie

«Nous continuons à espérer que d’une façon ou d’une autre, les réunions entre chefs d’Etat produiront comme par magie les politiques qui rééquilibreront le commerce mondial», déplorait un des prédécesseurs de M. Blanchard au FMI, Raghuram Rajan, dans une tribune publiée mardi.

Le conseiller économique du président Barack Obama, Larry Summers, a fait justement ce jour-là à Pékin l’amère expérience des limites de la diplomatie, quand un porte-parole du ministère des Affaires étrangères chinois a dit que son pays s’opposait «résolument à la politisation des sujets économiques» et aux «pressions extérieures» sur sa politique de changes.

Face à la réticence de Pékin à accélérer la réévaluation du yuan, le gouvernement américain est repassé à l’offensive mercredi. «La Chine a commencé ce processus, mais honnêtement n’a pas laissé beaucoup bouger sa monnaie jusqu’ici. (...) Je pense que nous aimerions les voir agir plus rapidement pour laisser le yuan s’apprécier avec le temps sous l’effet des forces du marché», a déclaré le secrétaire au Trésor Timothy Geithner, lors d’un entretien télévisé. Jeudi, le yuan était 0,6% plus cher face au dollar qu’au 19 juin.

Publicité