La Holding lucernoise Swiss Steel SA, active dans la production, la transformation et la commercialisation de l'acier, va probablement tripler son chiffre d'affaires en 2005. La montée en puissance du groupe d'Emmenbrücke (LU) a été finalisée mercredi par l'acquisition outre-Rhin de deux sociétés, Edelstahl Witten-Krefeld GmbH (EWK) et Edelstahlwerke Südwestfalen GmbH (EWS). La stratégie du nouveau propriétaire allemand de Swiss Steel, le groupe Schmolz + Bickenbach de Düsseldorf, se voit ainsi confirmée. La Ruhr, bastion historique de la métallurgie européenne, consolide de cette manière sa position dans la production et la vente d'acier à haute valeur ajoutée à travers ses participations dans le nouveau groupe helvétique, et ceci malgré les crises des années 1970 et 1980.

Issu de la fusion en 1996 de Von Moos et des activités métallurgiques de Von Roll, le groupe Swiss Steel montre une santé de fer. Il génère un chiffre d'affaires de 894 millions de francs en 2004, en hausse de 36% par rapport à 2003. Quant au bénéfice net, il a tout simplement doublé en 2004 pour atteindre 44,6 millions, pour une marge avant impôts et intérêts de 5,8%. SBGE Stahl Holding AG, entité sise à Bronschhofen (TG), qui possède 54,65% des actions nominales de Swiss Steel, et dont Schmolz + Bickenback Edelstein GmbH est une filiale à part entière, est issue de la vente en juillet 2003 de la participation au capital-actions détenu par Credit Suisse et UBS. Les deux grandes banques s'étaient engagées à l'époque dans le capital de Swiss Steel afin d'assurer l'assainissement et le regroupement des producteurs d'acier helvétiques. Schmolz + Bickenbach AG à Wil (SG) possède 80% de cette Holding, le reste étant détenu par Gerold Büttiker à travers sa société Gebuka AG à Neuheim (ZG).

Swiss Steel achète au géant allemand ThyssenKrupp Steel l'entreprise EWK, spécialisée dans la fabrication d'acier de haute qualité. L'achat, dont le financement est garanti par un consortium de banques suisses et allemandes, va être finalisé en mai 2005 pour un montant inconnu. Il aura un effet rétroactif pour le 1er octobre 2004. ThyssenKrupp Steel se détache de cette entreprise rentable afin de se concentrer sur son activité de laminage, a indiqué jeudi à la conférence de presse à Zurich le président du conseil d'administration de Swiss, Steel Benedikt Niemeyer, également patron de Schmolz + Bickenbach.

Augmentation de capital

Parallèlement, Swiss Steel va faire passer sa participation dans EWS de 25 à 100%. La reprise intégrale de cette entreprise, supervisée par un comité indépendant et par la banque Sarasin, s'opérera par le transfert de l'activité et des 75% détenus par Schmolz + Bickenbach Edelstahl GmbH, à Düsseldorf, dans Swiss Steel. Dans un deuxième temps, il est prévu de procéder à une dotation supplémentaire en capital pour asseoir la base financière de l'ensemble. Cet apport d'argent frais devrait survenir dans le courant du second semestre, la banque privée genevoise LODH ayant reçu mandat de le concrétiser.

Cette double acquisition va faire de Swiss Steel un acteur majeur de la sidérurgie mondiale. Il sera le numéro deux en Europe dans les aciers spéciaux. Le groupe, qui va voir ainsi passer ses effectifs de 1300 collaborateurs fin 2004 à quelque 5300 en 2005, devrait réaliser un chiffre d'affaires de 2,5 milliards de francs par an, pour une capacité de production de 2,5 millions de tonnes, indiquait le président de la direction, Marcel Imhof. La grande force du groupe, qui exploitera quatre aciéries, six laminoirs et trois usines façonnant de l'acier chromé, s'exprimera dans la complémentarité de la palette de produits vendus et dans le nouveau réseau de distribution présent sur tous les continents. Swiss Steel va aussi marquer sa présence en Chine à travers la coentreprise d'EWK (49%), dont elle veut devenir prochainement majoritaire.