Air Lib est issue de l'ancienne compagnie charter Air Liberté, créée en 1987 par Lotfi Belhassine. En 1995, elle profite de la fin du monopole d'Air Inter sur le marché intérieur français pour pratiquer des prix cassés sur les lignes nationales. Le fondateur d'Air Liberté s'intéresse à AOM, elle-même issue du rapprochement, en 1992, de Minerve et d'Air Outre-Mer, dont le Crédit Lyonnais souhaitait se débarrasser. Mais les deux patrons de l'époque n'arrivent pas à s'entendre. En septembre 1996, Air Liberté est placée en redressement judiciaire, victime de sa stratégie tarifaire.

Début 1997, British Airways prend les rênes d'Air Liberté, qui fusionne en avril avec TAT, filiale française de la compagnie britannique. En août 1999, AOM est cédée à SAirGroup et au groupe financier Marine Wendel, dont Ernest-Antoine Seillière, patron des patrons français, est actionnaire. Le rapport d'Ernst & Young sur la débâcle de SAirGroup mettra en évidence que le groupe Marine Wendel a permis aux Suisses de contourner les dispositions européennes qui prévoient qu'une société helvétique ne peut pas détenir une participation majoritaire dans une compagnie européenne.

En 2000, British Airways vend Air Liberté à Taitbout Finance (Marine Wendel) et indirectement à SAirGroup, déjà aux commandes d'AOM et d'Air Littoral. Un plan de fusion des trois compagnies françaises est à l'étude, mais n'aboutira jamais. Seules AOM et Air Liberté fusionnent en mars 2001, mais sont lâchées par SAirGroup. Le 28 juillet, le Tribunal de Créteil autorise la reprise par Holco, la holding de Jean-Charles Corbet, d'AOM/Air Liberté, qui sera rebaptisée Air Lib. Mise en faillite d'Air Lib en février 2003.