UBS figure en dernière position d’un classement qui comprend 112 entreprises, juste derrière Cablecom. Le rival Credit Suisse est lui parvenu à limiter la casse. Reste que les grandes banques ont vu leur réputation se dégrader fortement en raison de la crise financière, relève l’institut dans un communiqué publié mardi.

Les banques cantonales et la Raiffeisen ont profité des déboires des géants de la finance. Les premières sont passées du 56 au 11e rang, tandis que la seconde décroche la 5e place, alors qu’elle n’était que 19e un an auparavant.

Deuxième l’an dernier, Swatch a su évoluer favorablement en cette période de crise, selon les 3400 personnes interrogées. Contrairement à l’an passé, les organisations à but non lucratif n’ont pas été prises en compte dans l’étude. La Rega, en tête du précédent sondage, ne figure ainsi plus au classement du «Business Reflector 2009».

Le chocolatier Lindt & Sprüngli et Migros complètent le trio de tête. Si le numéro deux du commerce de détail Coop figure dans le haut du classement avec le 12e rang, les casseurs de prix Aldi et Lidl végètent en revanche en queue de classement. Les deux entreprises souffrent d’un déficit de qualité et de compétence, selon les sondés.

L’étude prend en compte, entre autres critères, l’image, la notoriété, le développement durable, la qualité ou la capacité d’innovation. Elle a été menée conjointement avec l’Université de Zurich.