Research Partners va suivre les valeurs oubliées

Gestion La moitié des actions suisses ne sont plus suivies par des professionnels, selon Martin Coninx

La nouvelle société se penchera surtout sur les valeurs secondaires

«La moitié des 239 actions suisses ne sont plus suivies professionnellement par des analystes financiers», a déclaré au Temps mardi Martin Coninx, fondateur, président du conseil d’administration et directeur de Research Partners. Les 20 membres de l’indice SMI sont l’objet de tous les regards, mais tel n’est pas le cas des valeurs du SPI. «L’équipe d’analystes vise à couvrir 80 sociétés de taille moyenne», indique-t-il. La société a été créée il y a un an. Elle est opérationnelle dès maintenant, ainsi que le révèle Finews.

«Nous occupons une position unique sur le créneau de la recherche indépendante en actions suisses de taille moyenne et petite», ajoute Martin Coninx. A la différence d’Helvea et Kepler Cheuvreux, Research Partners ne sera pas un courtier. Elle vend ses travaux de recherche aux banques, gérants et family offices. De plus en plus d’établissements bancaires, afin de réduire les coûts, ont en effet mis fin à leur propre service d’analyse financière et préfèrent externaliser ce service.

Des personnalités fort connues du monde des médias et de la finance ont créé Research Partners, la première société de recherche indépendante qui s’est donné pour tâche d’analyser les actions suisses de taille moyenne et petite. Martin Coninx, membre de la famille propriétaire de Tamedia et ancien directeur du Finanz und Wirtschaft, préside le conseil d’administration et la direction. Ronald Wildmann, directeur de la recherche, est l’ancien chef analyste de l’ex-Banque Leu.

Le conseil d’administration comprend aussi Björn Zern, l’ancien directeur de Swiss Equity Medien, qui avait été vendue à la NZZ en 2012, et Michel Wagnières.

Le conseil scientifique est composé de Marco Curti, l’ancien directeur des investissements de la banque cantonale de Zurich (ZKB) et ancien président de la Swiss Financial Analyst Association (SFAA) ainsi que de Gregor Greber, le fondateur de zCapital.

Andrea Bellagio, ex-directeur de l’analyse des actions suisses à la ZKB, s’occupera de la technologie et de l’industrie avec Robin Seydoux, qui était responsable des actions européennes à Credit Suisse Private Banking. Martin Vögtli couvrira le secteur des sciences de la vie. Research Partners cherche à élargir son équipe à une dizaine d’analystes.

Il existe d’autres boutiques d’analyse indépendantes, par exemple R&A Group, cofondée et dirigée par Otto Waser, ancien directeur des investissements de Julius Baer. La société comprend un service d’analyse de 5 collaborateurs. Mais R&A Group est spécialisée dans le choix de grandes valeurs sur le plan mondial, une sélection étendue aux valeurs de taille moyenne en Suisse, mais pas aux petites, ainsi qu’à l’analyse de portefeuilles.

En dehors des banques, on trouve également quelques gérants de fortune avec une petite équipe d’analystes financiers.

De plus en plus d’établissements bancaires ont en effet mis fin à leur propre service d’analyse