Les résidents de Hongkong peuvent acheter du yuan sans limite

Depuis lundi, les résidents de Hongkong peuvent acheter autant de renminbis qu’ils le souhaitent. L’Autorité monétaire de la région administrative spéciale a annoncé la levée du plafond de 20 000 yuans par jour, en vigueur depuis 2004. Une levée décidée pour aider au lancement de Stock Connect.

Pour Kelvin Wong, spécialiste de la Chine chez Julius Baer, cette levée constitue «une première» et témoigne d’un signe de «confiance» dans l’internationalisation de la devise chinoise.

D’autant qu’il y a deux semaines, Pékin avait choisi le dollar de Singapour, et non celui de Hong­kong, comme la troisième devise asiatique profitant d’un lien privilégié avec le yuan. La décision marque un tournant, estime aussi Vincent Chan, analyste chez Credit Suisse.

La demande pour le renminbi risque d’être grande. «Un compte en dollars ne rapporte presque rien. En «RMB», la rémunération peut aller de 3 à 4%», souligne-t-il.

A Hongkong, les banques se sont livrées à une concurrence ouverte pour attirer de nouveaux clients en relevant les intérêts servis sur les dépôts.

La Chine relâche progressivement le contrôle de sa devise. L’an dernier, le yuan est devenu la deuxième devise la plus utilisée dans les échanges, derrière le dollar, mais devant l’euro.