informatique

Les résistants du logiciel libre

L’association française Framasoft se bat pour proposer un maximum de variations «libres» des principaux services commerciaux de Microsoft, Google et même Facebook. Son but: se libérer du joug de ces géants de la technologie

Framasoft? Le nom ne dit sans doute rien à la majorité des internautes suisses. Mais, en France, cette association basée à Lyon s’est fait un nom. Forte de plus de 700 contributeurs par an sur ses projets pour 35 membres administrateurs et 8 salariés, elle se bat pour proposer des alternatives aux services de Google, Facebook ou Microsoft. Framasoft promeut ainsi les logiciels libres, c’est-à-dire que l’on peut partager, modifiables à l’envi et respectueux de la vie privée des utilisateurs. L’association s’est ainsi donné pour mission de créer des variations «libres» des principaux services commerciaux disponibles aujourd’hui. Il y en a 34: Framadrive pour stocker ses documents, Framanews pour suivre l’actualité, Framadate pour organiser des réunions… Framasoft lève actuellement de l’argent pour développer PeerTube, alternative libre à YouTube. Christophe Masutti, coadministrateur de l’association, explique la démarche de Framasoft.

Le Temps: Ressentez-vous un intérêt plus fort de la part des internautes pour des alternatives à Google, YouTube ou Facebook?

Christophe Masutti: Oui. Certains modèles de consommation n’offrent plus les garanties suffisantes pour être acceptés sans de larges précautions, comme l’ont mis en lumière les derniers scandales touchant l’industrie automobile, le secteur alimentaire ou celui de la pharma. Le problème, c’est qu’il est difficile, voire impossible, de proposer des alternatives similaires à l’existant. Parce que justement, les modèles en place sont les meilleurs dans le système de profit qui prévaut aujourd’hui. Donc la recherche d’alternatives passe nécessairement par la recherche et l’adoption de modèles comportementaux différents. Avec les services informatiques sur internet, se mettre en quête d’alternative, c’est changer de vie, rien de moins. C’est décider une fois pour toutes de se former réellement à l’informatique, de considérer par exemple que savoir cliquer au bon endroit pour envoyer un courriel ou réaliser un diaporama, ce n’est pas de l’informatique mais un stéréotypage.

Ce n’est pas donné à tout le monde…

Absolument. Qui a envie d’aller comprendre comment fonctionne un carburateur lorsqu’il s’agit de tourner une clé pour que la voiture démarre? On parle de dépendance technologique, qui atteint un niveau très élevé. La recherche d’alternatives par les utilisateurs est donc le fruit d’un certain ras-le-bol des modèles de surveillance qui ont fait l’objet d’assez de débats publics pour les alerter, mais très peu d’entre eux sont prêts à faire assez de sacrifices sur leurs habitudes et remettre en cause leur conception de l’informatique pour passer le pas de manière individuelle. Conclusion: ce sont des modèles collectifs qu’il faut proposer aux utilisateurs individuels sans que ceux-ci soient obligés de devenir des techniciens. En d’autres termes, rendre collective l’expertise des services et créer des chaînes de confiance entre les fournisseurs et les utilisateurs.

Mais est-ce possible de créer des alternatives à des services utilisés aujourd’hui par des milliards de personnes?

Oui. Les alternatives à des services comme Facebook ou Gmail ont en fait toujours existé: tous les services offerts par Google, Amazon ou Facebook utilisent des protocoles d’internet ou des solutions informatiques qui existaient bien avant eux ou dont l’utilisation est en réalité tout à fait libre. Avant Gmail, le courrier électronique existait. Un service comme Twitter centralise les informations sur un serveur unique, et une solution fédérée comme Mastodon décentralise les informations et les redistribue. Mais le service rendu à l’utilisateur est bien le même.

Qu’en est-il des réseaux sociaux?

Diaspora est aussi simple que Facebook à utiliser et permet de faire ce que 99% des utilisateurs de Facebook font: partager des photos ou des informations diverses et les commenter. En réalité, dans la question posée, ce n’est pas l’existence d’alternatives qui est en jeu, mais l’unicité: pourquoi vouloir remplacer un réseau social par un autre? Il existe plusieurs instances du réseau Diaspora: chaque utilisateur de chaque instance peut communiquer avec les autres utilisateurs des instances avec lesquelles son instance est fédérée. C’est un peu comme le courrier électronique: si j’ai une adresse en @gmail, je peux envoyer un courrier à un correspondant en @protonmail. Je peux aussi décider de rejoindre une instance qui n’est fédérée qu’avec des instances précises voire aucune, par exemple un réseau interne d’entreprise.

Quel est le principe derrière PeerTube?

C’est la même idée qui prévaut avec PeerTube, dont Framasoft a décidé de financer le développement: ce n’est pas «un» autre YouTube, c’est une alternative, un système différent à la fois techniquement (utilisation d’une technologie de pair à pair, allègement des serveurs) et dans la conception (des instances fédérées et non un serveur centralisé où la censure s’impose et où la créativité est assujettie à la rentabilité publicitaire). Donc la question n’est pas de savoir s’il est possible de créer des alternatives. Elles existent déjà. Framasoft, dans le cadre de sa campagne «Degooglisons internet», a montré, à travers une bonne trentaine de services, que ces alternatives existent, sont fiables et permettent réellement de respecter les données des utilisateurs en particulier parce qu’elles sont basées sur des logiciels libres, c’est-à-dire du code auditable par tous, vérifiable. La chaîne de confiance n’est pas rompue et s’en trouve renforcée.

Mais il ne suffit pas de mettre à disposition des alternatives pour qu’elles soient adoptées…

En effet, et tout le monde n’est pas capable de programmer ou d’être un technicien du web. Tout le monde n’est pas non plus capable d’héberger des solutions alternatives comme un moteur de réseau social ou une plateforme de courriel. Nous avons lancé deux types de solutions. D’abord, faire de l’éducation populaire et permettre à ceux qui en ont le goût et les capacités de s’approprier ces technologies pour en faire profiter d’autres. C’est pourquoi Framasoft accompagne ses services d’une rubrique «Cultiver son jardin» pour apprendre à d’autres comment faire. C’est aussi l’objet principal de la campagne actuelle de Framasoft, Contributopia, pour participer à créer un monde de la contribution au code et à la culture libres.

Quelle est l’autre solution?

Il s’agit de lancer un mouvement dont l’objectif principal est de proposer des chaînes de confiance entre hébergeurs de services et utilisateurs. C’est l’objet de Chatons (Chatons.org), Collectif des hébergeurs alternatifs, transparents, ouverts, neutres et solidaires. Ces hébergeurs s’engagent par une charte (surveillée) à un ensemble de recommandations et d’obligations et qui font en sorte que les données de leurs utilisateurs soient respectées. Ce mouvement fait mouche mais il n’est pas le seul et un peu partout dans le monde émergent de telles initiatives. Alors oui, héberger un service de courrier électronique coûte un peu d’argent et, oui, si on ne vit pas de la publicité (et donc si on ne vit pas de la vente des données personnelles), il faut entrer dans ses frais: à l’heure actuelle trouver un tel service, hébergé par une association ou une petite entreprise, proche de chez soi, en qui on peut avoir confiance, coûte un peu d’argent (quelques euros par an), mais cela a le mérite de proposer une réponse localisée à une offre mondialisée.

Quel est votre regard sur les assistants numériques de type HomePod ou Echo d’Amazon. Craignez-vous que cela restreigne davantage encore le choix pour les internautes?

Leur fonction première est de faciliter la consommation et l’achat auprès des fournisseurs. Sommes-nous réellement prêts à laisser nos salons ou nos chambres sur écoute? Peut-être que oui, après tout… dans la mesure où nous sommes prêts à payer ce prix pour le modèle consumériste qui nous est proposé par les géants de la technologie sous le couvert d’une innovation plus ou moins spectaculaire. Si, en revanche, ce n’est pas de ce monde que nous voulons, il va falloir procéder à des choix. Le principal ennui, dans cette histoire des assistants personnels, c’est que pour en créer des alternatives, il faut ajouter la question stratégique du matériel. Or, jusqu’à présent, les tentatives éthiques comme Firefox OS ou l’OS GNU/Linux Ubuntu sur smartphone n’ont pas pu se confronter au marché des smartphones dominés par Apple et Google. Cela viendra peut-être néanmoins, en particulier parce qu’il est possible aujourd’hui de changer de système d’exploitation sur un smartphone, par exemple avec CyanogenMod. Il est donc urgent d’agir de ce point de vue en faisant surgir de vraies alternatives éthiques grand public qui allient le matériel et le logiciel.

Espérez-vous que des concurrents européens, voire chinois, aux GAFA adoptent des attitudes plus éthiques?

Non. Nous n’avons nul espoir à placer en ces termes. Bien sûr, grâce à des initiatives juridiques à l’échelle de l’Europe, comme le RGPD, on peut espérer que se multiplient des comportements plus respectueux face à l’extraction de nos données personnelles. Mais lorsqu’on considère par exemple l’initiative du gouvernement chinois de créer un vaste système de récompense sociale et de surveillance comportementale auquel participeront activement des grands fournisseurs de services chinois, on peut largement se demander si tout espoir n’est pas vain. En réalité, les alternatives à ces modèles consistent non pas à les remplacer mais à ouvrir vers d’autres solutions, plus créatives, plus nombreuses, insensibles aux situations de monopole et surtout indépendantes. Il n’y a aucun comportement éthique à attendre d’un service dont le but principal est de vous surveiller, et tout particulièrement si cette surveillance systématique constitue le socle du modèle économique dominant. La crainte, en revanche, ce serait de faire passer cette idée comme une idée déviante. Le fait de chiffrer sa correspondance, de vouloir échapper à cette surveillance de masse, doit être considéré comme un réflexe normal. L’avenir de nos libertés passe par le logiciel libre, la protection des données personnelles, le droit à la confidentialité et le respect de nos intimités numériques. Ces éléments sont le pivot d’un monde informatisé où la confiance devient la norme et non la surveillance.

Au sujet du règlement européen: Données personnelles: ce qui va changer en Suisse aussi avec le RGPD

Publicité