Le marchand est tenu par les informations qu'il rédige sur une facture ou un certificat d'authenticité. En Suisse comme en France, il existe plusieurs formes de recours lorsque toutes les tentatives de règlement à l'amiable ont échoué. L'acheteur peut invoquer à l'encontre d'un marchand:

– la garantie des vices cachés en France et la garantie pour défauts ou l'erreur essentielle en Suisse;

– la demande d'annulation de la vente en cas d'erreur sur la substance, typiquement si l'objet vendu est un faux. Pour faire valoir cette voie de recours, il faut démontrer que l'authenticité du bien constituait un élément décisif d'achat. C'est pourquoi il est essentiel de demander à un vendeur ou un expert un certificat d'authenticité ou toute note s'y rapportant. Ensuite, il s'agit de prouver l'inauthenticité du bien.