«Je ressens un fort désir d’innover en Chine»

Le Temps: Si l’innovation décline en Occident, observez-vous les mêmes tendances en Asie? Est-ce que les valeurs sont différentes là-bas?

Edmund Phelps : Hongkong, ainsi que son développement en témoigne, a été le témoin d’une génération visionnaire et perspicace. J’ai été impressionné par mes rencontres avec les entrepreneurs à Shanghai tels que ceux d’Alibaba et Tencent, notamment par leur capacité d’innovation.

Lors de mon premier voyage, je me rappelle avoir été sceptique à leur égard. J’ai changé d’état d’esprit. Un grand nombre de gens dynamiques et créatifs peinent pourtant à poursuivre leurs projets. Ils ne sont pas aidés par les parents si ces derniers leur recommandent de préférer un emploi dans le secteur public en mettant en avant la sécurité de l’emploi et un niveau de salaire relativement correct.

– Est-ce que l’établissement de la démocratie en Chine déterminera sa capacité, ou non, à assurer sa croissance à long terme?

– J’aimerais écrire un ouvrage sur ce thème. C’est un débat formidable, mais je n’ai pas encore de forte conviction à ce sujet. La réussite de la Chine est exceptionnelle. Le pays continue à faire ses expériences et à apprendre. Ses leaders sont hautement compétents. Je ressens un énorme désir d’innovation et d’expérimentation. Récemment, lors d’un dîner, un entrepreneur chinois a eu cette belle image pour expliquer sa volonté d’entreprendre. Il m’a assuré que son aspiration venait de Spiderman…

– Est-ce qu’il y a des signes permettant d’être optimiste en Occident?

– Ici et là, des initiatives semblent se développer dans le bon sens. Des gens prennent leur destin personnel en main et constatent qu’ils s’y épanouissent, alors qu’ils ne pourraient peut-être pas le faire dans une administration. Un entrepreneur grec m’a récemment expliqué sa motivation: «Je ne veux pas subir le même sort que mon père et ma mère qui ont passé toute leur vie professionnelle dans l’administration.» Ce serait un tournant si ce message fort arrivait à se propager en Europe. L’entreprise privée et une vie d’efforts et d’innovation peuvent être particulièrement gratifiantes pour un individu, davantage qu’un emploi de surveillant dans l’administration.

– Le best-seller économique de l’année (de Thomas Piketty) porte sur l’inégalité des richesses. Existe-t-il un lien entre l’innovation et les inégalités?

– Toutes les théories économiques parviennent à démontrer que l’augmentation de l’innovation accroît la part du revenu alloué au travail et réduit la part allouée aux profits. Avec l’innovation, les salaires augmentent plus vite que les bénéfices. La question porte sur le degré d’inégalité qui va aux propriétaires de richesses par rapport à celui qui va aux détenteurs de salaires.

– Pourquoi les multinationales investissent-elles de moins en moins, notamment dans la recherche, et préfèrent accroître leurs rachats d’actions à des niveaux record?

– Ce n’est pas une catastrophe. Si une entreprise rachète ses actions, la richesse change simplement de mains. Elle ne disparaît pas. L’impact sur l’innovation est nul. Toutefois, le fait que les directeurs généraux adorent racheter les actions de leurs entreprises est la preuve de leur manque de volonté de développer de nouveaux produits ou de nouvelles méthodes et de suivre la voie de l’innovation.