POLITIQUE MONÉTAIRE

Resserrement ou pas? La décision de la Fed attendue ce mercredi soir

La Réserve fédérale est divisée sur la stratégie à suivre en matière des taux d’intérêt. Les places financières européennes ont ouvert en légère hausse à la suite de la décision de la Banque du Japon qui revoit sa stratégie

Tous les yeux sont rivés ce mercredi sur la Réserve fédérale américaine dont le Comité de politique monétaire devrait décider, en fin de journée, de l’orientation de sa politique en matière de taux d’intérêt. Les analystes ne s’attendent pas à une nouvelle hausse, mais guettent la direction que donnera sa présidente Janet Yellen à l’issue de la réunion. Ils anticipent plutôt une décision en novembre ou décembre.

La moindre indication quant à un resserrement monétaire ne serait pas sans conséquence. Une hausse des taux rendrait le dollar plus rémunérateur et ferait monter son cours face aux autres monnaies. Ce que ne souhaite pas forcément la Fed. Un billet vert plus attractif aurait aussi des impacts sur l’économie mondiale.

Entre-temps, les places financières européennes ont ouvert la journée de mercredi en légère hausse, poursuivant leur consolidation pour la deuxième journée consécutive. La décision annoncée plus tôt mercredi matin par la Banque du Japon, apportant plus de flexibilité dans sa politique monétaire, explique le rebond. Malgré une politique monétaire expansionniste durant trois ans, elle n’est pas parvenue à rapprocher l’inflation de sa cible de 2%. Concrètement, son programme d’achats d’actifs pour un montant de 690 milliards d’euros, pourra désormais fluctuer mois après mois, avec moins d’acquisitions à long terme.

Aux Etats-Unis, le soutien à une hausse des taux d’intérêt a gagné du terrain cet été. Il est basé notamment sur la création de 232 000 emplois durant les trois derniers mois. L’agence Bloomberg affirme que le camp favorable à un resserrement est mené par Eric Rosengren, président de la filiale de Boston de la Fed. La semaine passée, ce dernier mettait en garde contre les risques d’une surchauffe de l’économie américaine. Lors de la dernière rencontre des banquiers centraux fin août à Jackson Hole, Janet Yellen avait elle-même laissé entendre que les arguments en faveur d’une hausse étaient de plus en plus évidents.

Le camp opposé appelle à un peu plus de patience, suggérant que la Fed pourrait attendre une solide reprise de l’inflation avant de prendre toute décision.

Publicité