L’angoisse a fait place à une certaine fébrilité dans l’hôtellerie et la restauration. Après des mois d’inactivité, les établissements rouvrent leurs portes, et tous rencontrent le même besoin: il faut rapidement compléter les équipes. En face, la main-d’œuvre n’est pas forcément au rendez-vous, à tel point qu’un peu partout en Europe les acteurs de la branche n’hésitent plus à parler de pénurie.