Après plusieurs années moroses, la société vient de mettre un point final à un vaste plan de restructuration porté par Christopher Colfer, un vétéran de Richemont.» Nous sommes maintenant en position de croître annuellement à un taux qui se situe en haut de fourchette des prévisions du marché, qui s’établissent aux environs de 7 à 10%», a indiqué Christopher Colfer à l’agence Reuters lors du Salon international de la haute horlogerie (SIHH) qui se tient à Genève.

Cette croissance du chiffre d’affaires devrait également se répercuter sur les bénéfices, selon Christopher Colfer, qui a fermé de nombreuses activités non-rentables. Le directeur général de Dunhill estime que les marges devraient se redresser à l’avenir. La croissance devrait être soutenue par la consommation chinoise qui représente plus de 30% du chiffre d’affaires de Dunhill.