Le colosse helvético-français des matériaux de construction, dont la fusion a été finalisée en milieu d'année, indique mercredi dans son rapport intermédiaire que ce recul s'élève à 1,1% sur une base comparable.

L'excédent brut d'exploitation (EBITDA) a lui baissé de 16,1% au 3e trimestre par rapport à la même période de l'année dernière, à 1,64 milliard de francs.

Sur neuf mois, le bénéfice net des ventes a reculé à 22,04 milliards (-6,5% en glissement annuel, -0,6% sur une base comparable). L'EBITDA a lui fondu de 9% (-3,2% sur une base comparable) à 4,35 milliards.

Ralentissement du secteur

Les coûts de fusion et de restructuration, des effets de change négatifs, un ralentissement en Chine et au Brésil ainsi qu'une faiblesse de l'activité tant en France qu'en Suisse ont affecté les résultats, poursuit le communiqué.

De bonnes performances ont été enregistrées aux Etats-Unis, en Asie, en Océanie et en Amérique latine. Elles n'ont cependant pas suffi à compenser les éléments défavorables.

La direction reconduit néanmoins ses objectifs de synergies et d'investissements pour la fin de l'année. Les premières devraient se monter à 100 millions de francs pour l'ensemble de l'année 2015. Quant aux investissements, ils devraient rester inférieurs à 1,4 milliard de francs sur le deuxième semestre.

Le niveau visé d'endettement a été revu à la hausse à 17,5 milliards de francs en raison du fléchissement du franc face au dollar et à l'euro au troisième trimestre, ainsi que du calendrier pour la cession d'actifs en Inde.

LafargeHolcim, numéro un mondial du ciment, est né de la finalisation, mi-juillet, de la fusion entre le st-gallois Holcim et le français Lafarge.

Un plan stratégique triennal en décembre
LafargeHolcim présentera le 1er décembre, lors d'une journée des investisseurs, le plan stratégique du nouveau groupe pour la période 2016-2018. Le géant franco-suisse vise une croissance annuelle de 2% sur cette période.

Divisé en cinq éléments, le plan triennal sera lancé dès le 1er janvier 2016, agende mercredi LafargeHolcim dans un communiqué. Il sera la référence qui permettra de mesurer la performance du groupe et le plan d'intéressement.

Au niveau des synergies et de la maîtrise des coûts, le groupe veut accélérer la réalisation des synergies jusqu'à la fin 2017 et poursuivre sur la voie d'une continuelle réduction des coûts.

Dans le domaine commercial, le groupe planifie de continuer de fournir des solutions répondant aux besoins des clients, avec notamment des offres intégrées.

Contrôle des dépenses

Les dépenses seront strictement contrôlées, selon un modèle commercial visant une utilisation efficace des réseaux de productions existants.

Le portefeuille sera optimisé, en utilisant l'ensemble de son potentiel ainsi que des cessions d'actifs (y compris celles rendues nécessaires dans le cadre de la fusion en Inde) à hauteur de 3,5 milliards de francs.

Enfin, l'allocation de capital sera effectuée selon une politique de distribution progressive, avec un rapatriement des excédents vers les actionnaires, via des redistributions ou des rachats d'action.

Effet de levier

LafargeHolcim vise globalement une croissance annuelle de 2% sur la période 2016-2018. "Si la reprise des marchés mondiaux était plus rapide et solide, le groupe bénéficierait d'un effet de levier opérationnel plus important grâce à son portefeuille équilibré et géographiquement diversifié", souligne le cimentier.

Le flux de trésorerie libre cumulé devra s'élever au moins à 10 milliards de francs. L'excédent brut d'exploitation (EBITDA) ajusté visé à cette date s'établit à 8 milliards de francs et la rémunération des actionnaires devra représenter la moitié des gains.

Les investissements (CAPEX) cumulés budgétés pour 2016-2017 s'élèvent à un maximum de 3,5 milliards de francs.