«Les résultats du groupe sont très satisfaisants compte tenu d’un environnement économique et financier difficile», a souligné la BCV aujourd’hui dans un communiqué. Les revenus ont affiché une hausse de 19% à 224 millions de francs. La progression découle essentiellement de l’amélioration du résultat dans les affaires de négoce. Le revenu de ce type d’opérations a atteint 18 millions de francs, alors que le 1er trimestre 2008 avait été marqué par une perte de 35 millions.

Les revenus des opérations d’intérêts ont en revanche diminué (-3% à 122 millions de francs), tout comme ceux de commissions (-9% à 80 millions). La BCV se targue par ailleurs d’une bonne maîtrise des dépenses. Les charges ont diminué de 2% à 125 millions de francs.

Perspectives intactes

Les principales activités avec la clientèle ont connu une évolution favorable durant la période sous revue. Les crédits ont augmenté de 3% à 23,6 milliards de francs. Les affaires hypothécaires ont elles progressé de 2% à 17,7 milliards, tandis que les crédits commerciaux ont affiché une hausse de 7% à 5,9 milliards.

La banque a en outre diminué ses créances sur les banques de 30% à 5,4 milliards, dans une volonté de gestion prudente du risque interbancaire. En conséquence, les liquidités ont augmenté de 1,6 à 2,2 milliards et les immobilisations financières se sont accrues de 34% à 2,1 milliards.

Le bilan est resté stable à 35,7 milliards de francs. La masse sous gestion a augmenté de 1% à 67,4 milliards. Les apports nets de nouveaux fonds se sont eux inscrits à 1,1 milliard.

La BCV fait preuve d’optimisme pour la suite de l’exercice. Le groupe reste confiant dans sa capacité bénéficiaire, en dépit d’un environnement toujours incertain.