La valse des résultats des valeurs technologiques a continué mercredi soir et jeudi. L'annonce faite par Nokia d'un chiffre d'affaires annuel «stable ou en légère baisse par rapport à l'an passé» a refroidi les investisseurs. Et cela même si les résultats du deuxième trimestre du premier fabricant de téléphones mobiles sont conformes aux attentes, avec un bénéfice de 0,14 euro par action, en baisse de 27% sur un an. Ce recul s'explique par des charges de restructuration.

Autre géant du secteur, IBM a annoncé pour le deuxième trimestre un très net accroissement de son bénéfice, passant de 56 millions de dollars en 2002 à 1,7 milliard. L'acquisition de Pricewaterhouse Coopers Consulting et des mesures d'économies expliquent cette performance attendue.

Apple a publié de son côté des résultats supérieurs aux estimations, même si son bénéfice chute de 40% en raison du coût élevé d'ouverture de ses magasins. Le fabricant annonce avoir bénéficié de ventes très favorables (+8%). Une enquête publiée mercredi confirme dans ce sous-secteur la place de numéro un des ventes mondiales d'ordinateurs de l'américain Dell devant Hewlett-Packard.

SAP a annoncé des ventes en baisse (-8%). Ce marché au ralenti n'empêche pas le fabricant allemand de logiciels professionnels d'afficher un bénéfice net (+4% à 219 millions d'euros) en progression.

Dans les semi-conducteurs, le numéro deux mondial, Advanced Micro Devices (AMD), a annoncé mercredi une perte nette de 140 millions de dollars au deuxième trimestre, en progrès par rapport au même trimestre de l'exercice précédent. Son chiffre d'affaires est par contre en baisse. Enfin, les ventes du fabricant britannique d'équipements de télécommunications Marconi se sont effondrées (-31%) sur la même période.