Le PDG Steve Jobs, qui a pris lundi un congé maladie d’une durée indéterminée deux ans après une absence de six mois due à une greffe du foie, a salué dans un communiqué «un trimestre phénoménal, avec des ventes record (d’ordinateurs) Mac, d’iPhone et (de tablettes) iPad».

Lors de la traditionnelle téléconférence avec des analystes financiers, personne n’a posé de question sur la santé de M. Jobs, qui a déjà souffert d’un cancer du pancréas et subi une greffe de foie, ni sur les perspectives du groupe en son absence.

Mais le directeur d’exploitation, Tim Cook, qui reprend un rôle de patron intérimaire, n’a pas manqué une occasion de rassurer les participants, alors que le groupe garde la plus grande discrétion sur ce qui motive la nouvelle absence de son patron.

«Apple travaille mieux que jamais», a assuré M. Cook. «Nous sommes tous très heureux des produits en préparation», a-t-il ajouté, assurant que «l’équipe (dirigeante du groupe) a une envergure sans pareil». «Nous sommes très très confiants sur l’avenir de la société», a-t-il encore dit.

Les premières réactions à la publication de ces résultats lui donnaient raison, de nombreux commentateurs s’émerveillant que le groupe dépasse si nettement les prévisions les plus optimistes.

Rapporté au nombre d’actions, le bénéfice du trimestre revient à 6,43 dollars, alors que les analystes n’en attendaient que 5,38. Le chiffre d’affaires a également atteint un niveau record à 26,7 milliards de dollars (+71%), bien au-delà des 24,38 milliards escomptés.

Le directeur financier, Peter Oppenheimer, table sur des ventes d’environ 22 milliards de dollars pour le deuxième trimestre, là encore au-delà des attentes des analystes (20,62 milliards). Le bénéfice par action devrait revenir à 4,90 dollars, au-delà des 4,43 dollars anticipés jusqu’ici.

Durant le trimestre des fêtes de fin d’année, clos le 25 décembre, le groupe à la pomme a vendu 4,13 millions de Mac, une augmentation de 23% sur un an, ainsi que 16,24 millions d’iPhone (+86%).

Les ventes d’iPad ont atteint 7,33 millions, un bond de 75% par rapport aux trois mois précédents. Selon les chiffres publiés chaque trimestre, elles totalisent ainsi 14,79 millions d’exemplaires depuis le 3 avril. Le groupe a toutefois prévenu qu’il fallait prévoir un essoufflement au deuxième trimestre, de nombreuses ventes de l’automne correspondant à des cadeaux de Noël.

Seules les ventes de baladeurs iPod ont continué à décliner, en tout cas en volume, avec 19,45 millions d’appareils vendus (-7% sur un an), mais le iPod Touch, le modèle le plus sophistiqué qui se rapproche nettement de l’iPhone, la fonction téléphone en moins, représente désormais la moitié des ventes.

M. Oppenheimer a souligné qu’il existait désormais 160 millions d’appareils au total dans le monde fonctionnant sous le système d’exploitation iOS, réservé aux appareils portables d’Apple.

Selon l’analyste Peter Misek, chez Jefferies, «la position de leader d’Apple, son intégration verticale et sa taille signifient qu’il obtiendra la part du lion des retombées économiques des deux principales tendances des hautes technologies des années à venir: les liaisons téléphoniques haut débit 4G et les tablettes».