Le bénéfice et les revenus d'IBM ont continué à baisser au troisième trimestre, mais dans une ampleur moindre qu'anticipé par le marché, selon des résultats publiés lundi par le groupe informatique américain.

Le bénéfice net trimestriel a diminué de 3% à 2,85 milliards de dollars, mais le bénéfice d'exploitation par action, qui sert de référence à Wall Street, a atteint 3,29 dollars soit 5 cents de mieux que la prévision moyenne des analystes. Le chiffre d'affaires est également supérieur aux attentes, mais il reste en recul pour le 18e trimestre consécutif (–0,3% à 19,23 milliards de dollars).

Les revenus du cloud en nette augmentation

Le groupe, qui a entrepris un lent recentrage de ses activités ces dernières années, fait en revanche état d'une croissance de 16% dans les secteurs dont il a fait une priorité stratégique, à savoir les services dématérialisés en ligne (cloud), l'analytique, le mobile et la sécurité. C'est une accélération en comparaison avec le deuxième trimestre, où la progression avait été de 12%.

Lire aussi: Avec des résultats moins mauvais que prévu, IBM doit convaincre sur sa transformation

Il revendique notamment un bond de 44% ce trimestre, après +30% sur les trois mois précédents de ses revenus dans le cloud. Les revenus du cloud ont totalisé 12,7 milliards de dollars sur les douze derniers mois, et ceux de l'ensemble des priorités stratégiques 31,8 milliards soit 40% du chiffre d'affaires du groupe.

«Nous continuons à investir là où nous voyons les plus grandes opportunités pour créer de nouveaux marchés et renforcer notre position de leadership dans l'informatique d'entreprise», a commenté le directeur financier, Martin Schroeter.

Le groupe mise sur la blockchain

Lors de la traditionnelle téléconférence explicative avec des analystes, il a longuement détaillé comment IBM misait en particulier sur son système d'intelligence artificielle en ligne Watson, qui a déjà beaucoup d'applications dans le secteur de la santé et dont il cherche désormais à renforcer les connaissances en matière de cybersécurité, ou encore en matière financière avec l'achat annoncé récemment de Promontory, une société de conseil spécialisée dans les problèmes de régulation financière.

Lire aussi: Un outil de diagnostic médical nommé Watson

Le groupe parie aussi sur la blockchain, un genre de registre informatique servant de base aux monnaies virtuelles comme le bitcoin, mais où le secteur financier voit globalement d'importantes opportunités pour améliorer la rapidité, le coût et la traçabilité des transactions. IBM est en train de bâtir «une plateforme complète pour la blockchain» et dit travailler «avec plus de 300 clients pour servir de pionniers dans la blockchain pour les entreprises», a noté le directeur financier.

Au total depuis le début de l'année, IBM souligne avoir réalisé plus de 12 milliards d'investissements dans des infrastructures, la recherche-développement et des acquisitions, tout en reversant quelque 6 milliards à ses actionnaires via des dividendes et des rachats d'actions.

Rien de tout cela, ni la confirmation de la promesse d'un bénéfice par action annuel d'au moins 13,50 dollars, en ligne avec la prévision du marché, n'a toutefois semblé vraiment convaincre les investisseurs.