Kühne & Nagel, qui avait connu un début d'année difficile, a marqué une forte croissance des ventes et du bénéfice net au deuxième trimestre. Sur l'ensemble du premier semestre, le groupe schwyzois de transports et de logistique, qui emploie plus de 18 500 personnes dans 96 pays, affiche des résultats en nette progression.

Premier transporteur de fret maritime à l'échelle mondiale, numéro quatre ou cinq du fret aérien, Kühne & Nagel détient aujourd'hui des participations dans plus de 200 sociétés. Il a l'ambition de figurer aussi bientôt parmi les dix principaux pourvoyeurs mondiaux de solutions logistiques intégrées, c'est-à-dire de gestion complète de la chaîne de livraison de biens («supply chain management»).

Par rapport aux six premiers mois de 2000, ses ventes ont augmenté de 6,6%, atteignant 4,507 milliards de francs. Le bénéfice net a même progressé de 11,8%, à 82,2 millions de francs. Et cela malgré l'effet de change négatif du franc, responsable du recul du résultat opérationnel avant intérêts, impôts et amortissements (EBITDA) de 3,3%, à 144,6 millions de francs. Si l'on exclut l'effet de change, le bénéfice opérationnel a augmenté de 3,6% et le bénéfice net de 16,4%.

Dans le secteur des transports internationaux, Kühne & Nagel a amélioré son bénéfice brut de 7,4% et son résultat opérationnel de 3,6%, à 122,5 millions de francs. Le groupe souligne que cette progression a été réalisée en dépit d'une vive concurrence et des capacités limitées.

Dans un marché tout aussi concurrentiel et fragmenté, et en période de ralentissement des échanges commerciaux, le fret maritime international voit s'éroder les marges des transporteurs. Simultanément, les coûts continuent à augmenter. D'où le fléchissement de 6,8 millions du bénéfice opérationnel de Kühne & Nagel dans ce secteur d'activité, à 70,1 millions de francs. Cependant, le groupe schwyzois a enregistré une hausse des volumes de près de 20%, prenant ainsi des parts de marché supplémentaires.

Il a substantiellement amélioré son résultat dans le fret aérien, qui a progressé de 21,4% à 41,4 millions de francs. Cette hausse est due à la fois à une augmentation des volumes et à une réduction des coûts.

Le secteur «solutions logistiques intégrées», en revanche, présente encore des problèmes. Le résultat opérationnel a chuté de 29,9% à 13,1 millions de francs. Cependant, Kühne & Nagel constate que la situation s'est sensiblement améliorée au deuxième trimestre et qu'une évolution positive se dessine à présent. Le groupe schwyzois souligne en particulier que les mesures de restructuration prises aux Etats-Unis lui ont permis de se stabiliser sur ce marché et que des investissements substantiels effectués en Europe améliorent sa position. Kühne & Nagel avait repris en été 2001 l'entreprise américaine Usco, qui a réalisé en 2002 une perte opérationnelle de 10 millions de dollars, et qui a été restructurée.

Mouvement de concentration

La gestion de la logistique et des transports (l'acheminement et l'entreposage des achats et des ventes) représente un marché global estimé à 80 milliards de francs par Credit Suisse First Boston. Encore fragmenté et artisanal, ce secteur fait l'objet d'un mouvement de concentration qui a à peine commencé. Malgré le fort ralentissement de l'activité économique, les fusions et acquisitions ont été très nombreuses dans ce domaine au cours des dernières années. Issu d'une petite firme de transports fondée à Hambourg en 1890, établi en Suisse depuis 1975 pour des raisons fiscales, Kühne & Nagel semble bien positionné pour jouer un rôle déterminant sur ce marché de croissance, à en croire les analystes de Pictet qui la comptent au nombre des entreprises suisses dont on doit attendre de «bonnes surprises».