médias 

Résultats mitigés pour Tamedia au premier semestre

Le groupe de médias Tamedia a enregistré un produit d'exploitation et un bénéfice net en hausse au premier semestre. En revanche, le recul du marché de la publicité imprimée, les fusions d'entreprises et les investissements ont pesé

Sur les six premiers mois de l'année, l'éditeur zurichois a réalisé un chiffre d'affaires de 524,1 millions de francs, en hausse de près de 10%, «principalement due à la prise en compte initiale de Goldbach Group et de Zattoo Group», selon un communiqué paru mardi.

Le résultat avant intérêts, impôts et amortissements (Ebitda) a progressé de 7,2% à 91,5 millions de francs, grâce en particulier à l'introduction de la norme de présentation des comptes IFRS 16 «Contrats de location». Le résultat avant effets des fusions d'entreprises a baissé de 2,3% à 71,1 millions.

Lire aussi: Tamedia a vu son bénéfice reculer de 24% en 2018

Le résultat avant intérêts et impôts (Ebit) a lui été sabré de 22,3% à 41,0 millions, «compte tenu des amortissements résultant des fusions d'entreprises, qui ont progressé de 50,7%, ainsi que des rachats de Goldbach Group, Zattoo Group, Neo Advertising et Basler Zeitung». Le résultat net a lui augmenté de 34,3% pour atteindre 53,6 millions, «suite à un bénéfice d'aliénation».

Moins 18 millions de francs 

«Par rapport à l'exercice précédent, nous avons perdu quelque 18 millions de francs sur le marché de la publicité imprimée qui n'ont pas pu être compensés par le numérique. Même nos places de marché numériques performantes ressentent la concurrence des opérateurs internationaux», a expliqué Christoph Tonini, président de la direction générale de Tamedia, cité dans le document.

Lire également: Serge Reymond quitte Tamedia

Le groupe dit avoir fortement investi dans le développement du personnel et de l'informatique de nos plateformes numériques. «Avec les investissements dans le secteur des Médias payants, ces effets pèsent globalement sur le résultat d'exploitation, mais je suis convaincu que ces investissements seront payants à long terme».

Publicité