Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
L'aéroport de Cointrin
© Keystone/Salvatore Di Nolfi

Trafic aérien

Les retards des vols augmenteront encore ces prochaines semaines

Les avions ont en moyenne vingt minutes de retard en Europe. Les experts prévoient que les passagers devront attendre 30 à 35 minutes cet été, selon la NZZ am Sonntag

La grève des contrôleurs aériens à Genève est suspendue, mais la ponctualité des vols ne devrait pas pour autant être au rendez-vous sur le continent. 50 000 passagers, chaque jour, doivent subir des retards d'une à deux heures dans les aéroports d'Europe, selon la NZZ am Sonntag.

A lire aussi: Conciliation prévue à l'aéroport de Genève pour éviter la grève

«Je m'attends à une augmentation des retards à 30 ou 35 minutes en moyenne en Europe durant l'été», avertit Eamonn Brennan, responsable d'Eurocontrol, l'organisation supranationale de contrôle aérien. En 2017, la moyenne s'élevait à 20 minutes. Les dépassements de temps qui interviennent pendant les vols se sont accrus de 133% au premier semestre 2018, précise le journal. 

Tendance à la détérioration

La fréquence des retards significatifs a elle-même tendance à s'accroître. Un cinquième des vols sont touchés en Europe. Un quart à Zurich. 

A lire aussi: Ce que nous réserve le transport aérien de demain

La raison de ces désagréments est à chercher dans le manque de contrôleurs aériens, si l'on en croit Regula Dettling-Ott, experte en transport aérien, chargée par l'UE de présider une commission d'évaluation des services de 41 sociétés de contrôle aérien en Europe. Cette dernière estime que 60% des retards proviennent du manque de personnel, un quart des conditions météorologiques et 10% des grèves.

Une année record

La croissance du transport aérien complique la situation, selon le journal dominical. «C'est une année record avec 38 000 vols quotidiens les jours de pointe», affirme Eamonn Brennan. 

Les conditions cadres de la de surveillance des vols a été harmonisées en Europe en 1999 avec la création du «Single European Sky». Mais sa mise a en oeuvre est imparfaite.  Les Etats européens ne veulent pas perdre la maîtrise de leur espace aérien. Ainsi 41 sociétés nationales, y compris suisse, tentent de gérer et organiser le contrôle aérien. La situation est «alarmante en raison des goulots d'étranglement», selon Eamonn Brennan. 

Plusieurs centres de contrôle sont visés par les experts. Le journal estime que sept d'entre eux, dont trois en France, ralentissent particulièrement les flux. 

L'argent ne manque pas, au contraire du personnel. Eurocontrol a distribué 7 milliards d'euros aux sociétés de contrôle, en provenance des compagnies de transport. L'UE investit également 2 milliards d'euros dans de nouvelles technologies. Mais les améliorations technologiques ne sont de loin pas encore devenues réalité.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)