Les œuvres d’art et autres objets de collection, au-delà de leur valeur symbolique ou décorative, représentent des enjeux patrimoniaux, qui méritent d’être pris en compte par la gestion de fortune. Cela est particulièrement vrai en Suisse, véritable conservatoire mondial de trésors artistiques, accrochés aux murs de belles demeures, de musées publics ou privés, ou entreposés dans des coffres.

Pour autant, considérer que les œuvres d’art constituent des quasi-instruments financiers reposerait sur un sérieux malentendu. Il est, en effet, essentiel de bien prendre la mesure des profondes différences entre un actif financier et un objet d’art.