Une personne sur deux décide de se retirer plus tôt de la vie professionnelle. On assiste à un accroissement de ce phénomène et ce malgré des aspects démographiques défavorables (population vieillissante et pyramide des âges inversée). L'AVS ainsi que les caisses de pensions offrent certaines solutions afin de financer des prestations de retraite anticipée. Cela reste pourtant relativement coûteux pour l'assuré. En effet, d'une part les cotisations employé/employeur ne seront plus versées du moment de la retraite anticipée jusqu'à la retraite ordinaire, ce qui a pour incidence une baisse du capital disponible au moment de la retraite. D'autre part, la rente doit être servie sur une plus longue période, ce qui se traduit par une baisse importante des prestations viagères de retraite. L'étude qui suit, réalisée par VZ VermögensZentrum, et qui porte sur les 20 plus importantes caisses de pension de Suisse romande, montre que ce financement est traité de manière bien différente selon les caisses de pension.

Une retraite anticipée déjà à 55 ans

L'âge ordinaire de la retraite AVS est de 65 ans pour les hommes et de 64 ans pour les femmes dès l'année prochaine. Il ressort de l'étude que toutes les caisses de pension observées offrent une certaine flexibilité quant à l'âge de la retraite. Dans certains cas, il est déjà possible d'envisager sa retraite à partir de 57 ans mais la majorité des caisses proposent une retraite anticipée dès l'âge de 60 ans. A noter qu'il est envisageable dans la plupart des caisses publiques analysées de prendre une retraite à partir de 55 ans mais seulement si un nombre minimal d'années d'assurance a été effectué. La caisse de pension des enseignants et fonctionnaires du canton de Genève permet par exemple une retraite anticipée à partir de 55 ans, pour autant que l'assuré ait au moins 25 ans d'assurance. La palme va au canton du Valais qui admet une retraite anticipée dès 53 ans à certains fonctionnaires (par ex. les policiers). Les caisses de pension de droit privé proposent principalement la retraite à partir de 60 ans. Il est en pratique rare de pouvoir financer une retraite déjà à cet âge.

Retraite anticipée: baisse des prestations de retraite

L'importance de la réduction de la rente est un facteur majeur concernant la faisabilité financière d'une retraite anticipée. La loi sur la prévoyance professionnelle (LPP) prévoit, à l'âge de retraite réglementaire, un taux de conversion de 7,2% sur l'avoir de vieillesse. Si le capital est de 100 000 francs par exemple, la rente de retraite disponible s'élève à 7200 francs par année. Ce taux de conversion ne concerne toutefois que l'avoir minimal LPP. Aucun taux obligatoire n'est prévu sur la part surobligatoire du capital disponible, ce qui engendre naturellement des différences entre les caisses de pension. Il est primordial pour un assuré de savoir si sa caisse est en primauté de cotisations ou en primauté de prestations (prestations garanties en pour cent du salaire). En effet, en primauté de cotisations, le calcul est très simple: le capital disponible au moment de la retraite anticipée est converti avec un taux de conversion réduit. On peut approximativement en déduire que le taux de conversion perd 0,2% par année d'anticipation. Pour une retraite à 60 ans au lieu de 65, le taux de conversion serait donc de 6,2%. A cela s'ajoute le fait que le capital disponible à 60 ans sera moins élevé qu'à 65 ans. L'un dans l'autre, une réduction de rente en moyenne de 6-7% par année d'anticipation est à attendre. En d'autres termes, il faut compter sur une réduction de rente de 30-35% pour une retraite anticipée de 5 ans.

En primauté de prestations, la retraite anticipée coûte moins cher

Un plan en primauté de prestations conduit souvent à de plus faibles réductions de la rente. En effet cette diminution est calculée différemment dans ce type de plan. La rente de retraite régulière correspond à un certain pourcentage du revenu (p. ex. 60%). La rente est calculée sur la base du nombre d'années d'assurance multiplié par un taux annuel de rente (40 ans à 1,5% donnent une rente de 60% du salaire assuré). En cas de retraite anticipée, plusieurs méthodes de calcul de la réduction de rente peuvent être appliquées. La plus simple consiste à réduire la rente d'un taux fixe de x%, un deuxième procédé utilisé est de réduire la rente de base en fonction du nombre d'années manquantes d'assurance. Cette réduction oscille généralement entre 3 à 6% par année et est fréquemment plus faible que celle des caisses en primauté de cotisations. Conformément à une étude réalisée par Swissca, environ 30% de toutes les caisses de retraite sont en primauté de prestations et 70% en primauté de cotisations. Chose étonnante, c'est en Suisse romande que l'on trouve le plus grand nombre de caisses en primauté de prestations. Ce sont surtout les caisses de droit public qui maintiennent ce type de plan, et ce malgré le fait que selon cette même étude de Swissca, depuis 1994, une caisse sur quatre a opté pour un plan en primauté de cotisations.

CIA, CEH, Nestlé et Swatch Group: pourquoi ne pas partir à 60 ans?

Parmi les 20 caisses de retraite de Suisse romande observées, la CIA, la CEH, Nestlé et Swatch Group offrent des conditions de retraite anticipée particulièrement attrayantes. Leur rente est en effet réduite d'environ 3% par année d'anticipation, 2% seulement pour Swatch Group. Un jeune retraité de 60 ans verra donc sa rente réduite de seulement 10 à 15%. Par contre, les employés assurés auprès de fondations collectives des principaux assureurs (Winterthur, Swisslife, Zurich, etc.) ont moins de chance. Les fondations collectives sont de manière générale en primauté de cotisations, ce qui conduit comme on l'a vu plus haut à des réductions plus importantes des rentes. De plus, pour les assurés dont la fondation collective a adopté le modèle Winterthur, la mise à la retraite anticipée est encore plus préjudiciable puisque le taux de conversion appliqué sur la part surobligatoire du capital disponible a déjà été fortement réduit. Dans le modèle Winterthur, le taux passe de 7,2% à 5,8%.

Beaucoup d'actifs sont donc confrontés ainsi à des pertes de rente supplémentaires, d'autant plus que la part surobligatoire est souvent considérable.

Rente pont AVS

Un autre point doit encore être pris en compte pour les personnes qui envisagent une retraite anticipée. En effet, l'AVS ne prévoit une rente anticipée que deux ans avant l'âge légal. La personne qui veut prendre une retraite anticipée encore plus tôt devra donc s'acquitter elle-même de ce vide. Les caisses de pension financent en règle générale ces lacunes par une rente pont. Mais cette rente a un coût, elle doit être le plus souvent remboursée par l'assuré et ce viagèrement ou sur un laps de temps donné. Cependant quelques caisses plus généreuses financent une rente pont.

En conclusion

Celles et ceux qui rêvent de partir avant l'heure en retraite devront soigneusement planifier leur future situation financière. Pour cela, il faut se renseigner sur les réductions des rentes servies par la caisse de pension ainsi que par l'AVS. De plus, il sera aussi judicieux d'être au clair sur les prestations complémentaires offertes par la caisse (notamment concernant une éventuelle rente pont AVS). Il est important d'établir un budget des dépenses et des revenus détaillé pour la période de la retraite et de vérifier si la fortune disponible (par exemple le 3e pilier) est suffisante afin de combler d'éventuelles lacunes de revenus. Ainsi peut-on savoir si une retraite anticipée est financièrement raisonnable.