Le président de la Banque centrale européenne (BCE), Jean-Claude Trichet, quittera ses fonctions le 31 octobre prochain. En huit ans, le Français s’est imposé comme un des plus farouches défenseurs d’un euro fort, placé sous la haute surveillance d’une institution intransigeante sur son indépendance. Si la BCE a certes dû adoucir sa position en mai dernier en acceptant d’acheter des dettes des Etats surendettés de la périphérie de l’Europe, Jean-Claude Trichet s’est depuis lors profilé comme la figure tutélaire de la rigueur en Europe. Son successeur? Il sera très vraisemblablement Allemand. Axel Weber, président de la Deutsche Bundesbank, a longtemps été donné favori. Mais son étoile semble avoir pâli, au profit de Klaus Regling, directeur du Fonds européen de stabilité financière.