étude

Les retraites restent la première source d’inquiétude des Suisses, devant la santé

Selon le baromètre de Credit Suisse publié jeudi, les préoccupations au sujet de prévoyance vieillesse sont citées par 45% des personnes. Et les questions liées à la santé passent désormais avant l’immigration

Les retraites demeurent le souci principal des Suisses. Elles sont talonnées par les questions liées à la santé et aux caisses maladie, qui passent de la quatrième à la deuxième place du baromètre annuel des préoccupations de Credit Suisse.

La prévoyance vieillesse et l’AVS sont sources d’inquiétude pour 45% des sondés, contre 41% pour les questions liées à la santé et aux caisses maladie, selon l’étude réalisée par l’institut gfs.bern et rendue publique jeudi. L’an dernier, les retraites avaient récolté 44% des avis et la santé 26%.

L’immigration et à la libre circulation des personnes au troisième rang

La santé fait une remontée spectaculaire, puisqu’elle n’était que sixième il y a deux ans. La prévoyance vieillesse, quant à elle, s’inscrit en tête pour la deuxième année consécutive. Elle avait supplanté le chômage en 2017, qui dominait le classement établi par la grande banque depuis 2003. Ce thème est désormais sixième (22%).

L’an dernier: La prévoyance devient la première préoccupation des Suisses

Les questions liées aux étrangers, à l’immigration et à la libre circulation des personnes pointent au troisième rang (37% contre 35% en 2017). Suivent les réfugiés et l’asile (31% contre 19%) et la protection de l’environnement (23% contre 16%), qui est revenue dans le top 5. Les relations avec l’Union européenne (UE) arrivent en septième position (22% contre 21%).

60% des sondés sont favorables à une hausse de la TVA

«La prévoyance vieillesse est incontestablement en tête de la liste des éléments sur lesquels les politiques doivent travailler», explique Lukas Golder, co-directeur de gfs.bern. «La population attend des solutions claires et consensuelles.»

En ce qui concerne les mesures à prendre pour sécuriser les retraites, 60% des sondés sont favorables à une hausse de la TVA de 1% sur les cinq prochaines années. En outre, 52% estiment que la flexibilisation de l’âge de la retraite selon l’espérance de vie est une solution acceptable et 48% se prononcent en faveur de l’augmentation de l’âge de la retraite des femmes à 65 ans.

A noter que la numérisation et la robotisation du marché du travail n’inquiètent pas outre mesure les Suisses. Les trois quarts des participants à l’enquête jugent peu probable que leur emploi soit remplacé par des robots, de nouvelles technologies ou des logiciels intelligents dans les vingt prochaines années. Dans l’ensemble, 85% des personnes interrogées estiment que leur emploi est très sûr ou plutôt sûr.

Une population qui fait confiance aux institutions

Le baromètre montre aussi que les Suisses font confiance à leurs institutions comme nulle part ailleurs. Trois sur cinq font confiance au Conseil fédéral, alors que la cote de confiance des gouvernements des pays de l’OCDE s’établit à 43% en moyenne. Les deux institutions jugées les plus fiables sont la police et le Tribunal fédéral.

Les principaux perdants sur le terrain de la confiance sont Internet et les journaux gratuits (moins 19 points de pourcentage pour chacun d’eux sur un an), suivis de l’UE (moins 16 points de pourcentage) et des partis politiques (moins 13 points de pourcentage). Mais malgré la baisse de confiance dans les partis, 29% des répondants se disent très intéressés et 45% plutôt intéressés par la politique, un record.

Lire aussi: Comment améliorer la démocratie suisse? Les 15 propositions de nos lecteurs

Le baromètre de Credit Suisse est réalisé depuis 42 ans. En 2018, 2551 personnes disposant du droit de vote et issues de toute la Suisse ont été questionnées entre le 10 juillet et le 6 août. L’erreur d’échantillonnage statistique est de ±2,0 points de pourcentage.

Publicité