Internet

Ce que révèle la panne survenue chez Facebook et Instagram

La panne qui a touché la semaine passée plusieurs services de messagerie appartenant au réseau social a notamment mis en lumière son système perfectionné de reconnaissance d’image

C’est une panne massive qui a affecté mercredi passé les utilisateurs de WhatsApp, Instagram et Facebook. Durant environ douze heures, les utilisateurs de ces réseaux sociaux – qui appartiennent tous au groupe Facebook – ont été incapables de publier et d’envoyer des photos et des vidéos. Cette panne de grande ampleur a un mérite: celui de montrer comment Facebook identifie et classe toutes les photos que les utilisateurs envoient à leurs amis ou mettent en ligne.

Lire aussi: Après une panne mondiale, retour à la normale chez Facebook

Car comme l’ont remarqué de nombreux utilisateurs, certaines des photos, qui n’ont pu s’afficher correctement, ont été remplacées par du texte. Ou, plus précisément, par des mots-clés décrivant ce qui devait s’afficher sur la photo. Ils ont ainsi pu lire, à la place du cliché: «9 personnes, personnes qui sourient, personnes assises, foule et plein air.» Ou encore: «Ciel, gratte-ciel, arbre, pont, plein air et nature. L’image peut contenir: ciel, nuage cheval et plein air.» Le système est aussi capable de compter les personnes présentes sur le cliché: «22 personnes, personnes qui sourient.» L’intelligence artificielle de Facebook peut aussi dire quelles sont les activités des personnes, qui marchent ou qui dansent, par exemple.

Des algorithmes sophistiqués

La panne de Facebook a ainsi levé un petit coin de voile sur la manière dont Facebook «voit» nos photos, comment ses algorithmes traduisent des images en texte. Depuis 2016, le réseau social utilise de tels outils pour décrire des images à des internautes malvoyants. Mais l’on sait, depuis 2017 en tout cas, que Facebook est capable d’identifier une masse importante d’informations sur une photo. Cette année-là, l’entreprise expliquait qu’elle était capable de notifier à ses utilisateurs qu’une photo d’eux était mise en ligne par une tierce personne. Et sans que cette tierce personne ne «tague» l’image avec le nom de la personne s’y trouvant.

Lire aussi: Une panne de grande ampleur touche Facebook

Facebook sait ainsi énormément de choses sur les photos mises en ligne. Lors de la panne intervenue la semaine passée, des noms d’utilisateurs ont ainsi été affichés à la place des photos, ce qui a choqué certains internautes. Ils se demandent de quelle façon ces informations sont communiquées ou non à des annonceurs, et si ces données sont, pour tout ou partie, anonymisées. Contacté par plusieurs médias spécialisés à ce sujet, Facebook n’a pas répondu. A noter qu’en Europe les réseaux sociaux n’ont pas le droit d’utiliser des technologies de reconnaissance faciale.

Fonctions avancées sur smartphone

A noter qu’il est toujours possible, même si la panne est résolue depuis plusieurs jours, d’accéder aux informations texte d’une image. Il suffit pour cela d’effectuer un clic droit sur une photo et d’utiliser la fonction «inspecter». Il faut ensuite chercher dans le code source affiché par le navigateur web les tags de la photo.

Ce qu’a révélé la panne de Facebook est une surprise pour certains internautes. Mais pas pour ceux qui utilisent par exemple la recherche au sein de leur smartphone. En effet, que ce soit sur iPhone ou sur un téléphone Android, on constate aujourd’hui qu’Apple et Google sont très avancés en matière de reconnaissance d’objets ou de personnes dans une image. On peut ainsi effectuer des recherches composées de plusieurs mots, par exemple «Lausanne», «voiture» et «arbre» pour voir s’afficher ses propres clichés contenant ces trois éléments. Il est aussi possible de rechercher des personnes préalablement nommées par l’utilisateur. A noter que dans le cas de recherche de photos sur smartphone, les informations et les tags ne sont disponibles qu’en local: il est impossible, assurent Google et Apple, que ces données soient utilisées par des tierces personnes.

Convergence technique

Un dernier élément est mis en lumière par la panne de Facebook: l’imbrication de plus en plus importante entre le réseau social lui-même, WhatsApp et Instagram. La panne a affecté les trois services en même temps, signe que la volonté de l’entreprise de les migrer sur la même plateforme technique est bien avancée. Au total, l’empire Facebook revendique 2,7 milliards d’utilisateurs actifs mensuels sur l’ensemble de ses plateformes.

Publicité