Amazon a réalisé 121 milliards de dollars (115,6 milliards de francs) de chiffre d’affaires au deuxième trimestre, en hausse de 7%, malgré une comparaison défavorable avec l’année dernière et un contexte économique difficile. Son action a bondi de plus de 10% lors des échanges électroniques après la clôture de la bourse. Le groupe de commerce en ligne a cependant enregistré une perte nette de 2 milliards de dollars à cause d’une perte sur investissement de 3,9 milliards dans le constructeur d’automobiles électriques Rivian.

«Malgré l’inflation qui fait monter le prix du carburant, de l’énergie et des transports, nous faisons des progrès sur les coûts plus contrôlables […] notamment en améliorant la productivité de notre réseau de centres de tri et de logistique», a indiqué Andy Jassy, le patron d’Amazon, cité dans un communiqué.

Lire aussi: Le bénéfice d'Apple recule, mais les ventes d'iPhones sont meilleures qu'attendues

Amazon n’a pas déçu non plus du côté du cloud (informatique à distance): son service AWS, leader mondial de ce marché, a engrangé 19,55 milliards de recettes, un résultat supérieur aux attentes des analystes.

Des prévisions en baisse pour la suite de l’année

Mais pour le trimestre en cours, Amazon s’attend à un bénéfice opérationnel – indicateur clef de la rentabilité – compris entre 0 et 3,5 milliards de dollars, au lieu de 4,9 milliards l’an passé à la même période. La société de Seattle subit «la réduction des dépenses des consommateurs et la hausse des coûts», explique Andrew Lipsman, analyste du cabinet insider Intelligence.

En quelques mois, l’environnement économique des géants des technologies s’est radicalement dégradé. La crise sanitaire et les confinements ont entraîné une explosion des habitudes en ligne, de la consommation au travail et au divertissement. La transition numérique continue - la plupart des plateformes gagnent de nouveaux utilisateurs - mais à un rythme ralenti, comparable à celui d’avant la pandémie de Covid-19.

Lire aussi: Quatre questions pour comprendre la chute des valeurs technologiques

A ce phénomène s’ajoutent de nombreuses contraintes macroéconomiques, à commencer par l’inflation et les difficultés sur la chaîne d’approvisionnement.

Le deuxième employeur aux États-Unis derrière Walmart comptait 1,6 million de salariés à la fin 2021, soit plus du double qu’en 2019. Mais depuis le printemps, Amazon est «passé d’une situation de sous-effectif à une situation de sur-effectif», avait noté Brian Olsavsky, le directeur financier du group

Après avoir eu du mal à recruter, la plateforme a donc décidé de ralentir le rythme des embauches, comme Google, Microsoft et Snap.