Il y a dix ans, alors que le secret bancaire suisse était en train de mourir et que les pressions internationales devenaient très fortes sur notre pays, beaucoup doutaient de la capacité de la place financière suisse à se réinventer. La majorité des observateurs prédisaient les plus grandes difficultés pour nos banques, ainsi que la disparition de centaines de places de travail. Du fait de l’importance évidente de la place financière dans notre économie locale, cette tempête devait toucher Genève plus que d’autres régions helvétiques.