Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le groupe basée à Bellevue (GE) note que les 113 collaborateurs seront repris par la nouvelle entreprise.
© MARTIAL TREZZINI

Horlogerie

Richemont cède son activité d'étampage

Varin Varinor, succursale du groupe de luxe genevois, quitte l’étampage. Un groupe d’investisseurs, composé notamment de la direction de l’entreprise, reprend la société basée à Delémont (JU). Les 113 collaborateurs seront repris

Richemont quitte la pression à froid. Le groupe de luxe genevois a annoncé vendredi au Temps que sa succursale Varin Varinor cédait son activité d’étampage (employant 113 collaborateurs) à un groupe d’investisseurs. Ce dernier est composé notamment de la direction de la société basée à Delémont (JU) et de la société industrielle Philippe Dalloz Investissement SA, également installée au cœur du Jura.

Richemont affirme que les contrats de travail de l’ensemble des collaborateurs seront repris par la nouvelle société qui prendra le nom Varin-étampage SA. La société jurassienne est spécialisée dans cette pratique qui consiste à déformer, à froid, différents types de matières (acier, titane, mais également or, argent ou platine).

En octobre 2012, Richemont s’était offert l’entier du capital de la société qui s’appelait alors VVSA et qui regroupait deux sociétés: Varinor (active dans la fabrication de semi-produits en métaux précieux) et une société sœur nommée Varin-étampage (spécialisée dans l’étampage).

Malgré cette cession qui aura formellement lieu le 1er janvier 2016, Varin-étampage SA poursuivra son partenariat stratégique avec les différentes marques horlogères du groupe de luxe basé à Bellevue (GE). Mais cela devrait lui permettre également de développer ses opérations avec des clients qui ne fabriquent pas des garde-temps – par exemple dans les applications médicales, dentaires et de téléphonie mobile, selon son site Internet.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)