Le groupe genevois d’horlogerie, bijouterie et autres articles de luxe Richemont affiche des ventes en forte croissance ces derniers mois, selon le bilan semestriel présenté vendredi. Elles ont généré un bénéfice net de 644 millions d’euros (860 millions de francs), en hausse de 87% sur un an.

Son résultat d’exploitation pour le premier semestre 2010/11, clos fin septembre, a pratiquement doublé, avec une croissance de 95% par rapport au premier semestre 2009, à 760 millions d’euros (un milliard de francs). Le chiffre d’affaires a augmenté de 37%, à 3,2 milliards d’euros (4,2 milliards de francs). La hausse a été de 27% à taux de change constant.

La bonne performance réalisée au premier semestre tranche avec les chiffres de l’an dernier et reflète l’amélioration marquée de toutes les activités et de tous les marchés, a relevé le groupe contrôlé par la famille sud-africaine Rupert.

Les principales marques ont tiré parti de l’embellie économique. Le restockage a joué à plein après la période de crise vécue en 2009. Le chiffre d’affaires d’octobre confirme cette progression, avec une hausse de 36% par rapport à octobre 2009 en taux de change réels.

Ces résultats ont été bien accueillis sur les marchés. Vendredi, l’action Richemont a clôturé en progression de 4,2% à 53,55 francs, alors que l’indice SMI a terminé la séance en légère baisse.

Perspectives plus incertaines

«Ces résultats ne nous étonnent pas, mais les prochains mois seront plus difficiles», a affirmé lors d’une conférence téléphonique le directeur financier du groupe Gary Saage. «Nous sommes confiants, mais restons vigilants par rapport à des facteurs extérieurs», comme les incertitudes monétaires, a-t-il déclaré.

Pour le deuxième semestre, des taux de change moins favorables et une base de comparaison plus élevée devraient se traduire par un ralentissement de la croissance des ventes, a fait savoir le président exécutif du groupe Johann Rupert dans un communiqué.

La situation financière du groupe est très solide avec une trésorerie nette qui se maintient à 1,9 milliard d’euros (2,5 millairds de francs) après l’acquisition de Net-à-porter.com, le versement du dividende et les rachats de titres Richemont.

L’Asie en tête des ventes

Par région, l’Asie arrive en tête avec 36% des ventes, devant l’Europe de l’ouest avec 31% au cours du premier semestre clos fin septembre. L’Amérique a représenté 15% des ventes, devant le Japon (11%), le Moyen-Orient (5%) et la Russie (1%). Hong Kong est le marché le plus important du groupe dans le monde. Les ventes sont revenues au niveau de septembre 2008 sur le continent américain.

Par secteur, la bijouterie (Cartier, Van Cleef & Arpels) a connu une hausse de 32% de ses ventes au cours du semestre par rapport à 2009. L’horlogerie (Piaget, A.Lange & Söhne, Baume Mercier, Officine Panerai, Vacheron Constantin, Jaeger-leCoultre, IWC) a encore fait mieux avec une hausse des ventes de 38%.

Les ventes ont progressé de 28% pour les instruments d’écriture (Montblanc) et de 65% pour les accessoires de mode (Dunhill, Lancel, Chloé).