Richemont, propriétaire entre autres des marques Cartier et Jaeger-LeCoultre, présente un résultat opérationnel semestriel de 390 millions d’euros, en recul de 39% en six mois. Le bénéfice net recule de 60% à 344 millions d’euros, alors qu’à la même période de l’an passé, il était de 862 millions. Ces chiffres sont plus ou moins en ligne avec les attentes des analystes.

Le groupe suisse réalise plus de trois quarts de ses ventes dans le secteur bijouterie et horlogerie, un segment de l’industrie du luxe plus durement touché par la récession que, par exemple, la couture ou le cuir. Cela s’explique, selon une analyste de chez Nomura, par le fait que la majeure partie des acheteurs de montres et de bijoux travaillent dans le secteur de la finance.

«Les ventes ont reculé de 15% à 2,379 milliards d’euros (3,59 milliards de francs), reflétant l’environnement commercial difficile dans la plupart des principaux marchés», indique le groupe dans un communiqué. «La chute significative des ventes dans la région Amérique, Europe et au Japon a été partie compensée par la croissance continue dans la région Asie-Pacifique», précise-t-il.

Richemont rappelle par ailleurs que, pour des raisons de santé, son actuel directeur Norbert Platt quittera ses fonctions fin mars 2010, comme annoncé cet automne. L’actuel président exécutif Johann Rupert reprendra la direction du groupe.