Luxe

Richemont perd son chef du numérique

Quatre mois après son entrée en fonction, Jean-Jacques Van Oosten quitte le groupe genevois avec effet immédiat. Pour accélérer sa numérisation, Richemont semble miser davantage sur son rachat de Yoox Net-A-Porter

Ça ressemble à un écart de conduite en plein milieu d’un virage. Jeudi, Richemont a annoncé le départ de Jean-Jacques Van Oosten. Ancien responsable technologique du distributeur allemand Rewe, des britanniques Tesco et Kingfisher ou encore du géant de l’alimentaire néerlandais Unilever, il avait rejoint le comité de direction du groupe genevois en janvier dernier. Il a été le premier Chief Technology Officer (CTO) de Richemont. Le poste avait été créé spécialement pour lui. Son rôle était clairement défini: accélérer la transformation numérique du groupe de luxe genevois.

Lire aussi: Richemont se dote d’un chef du numérique

Richemont évoque des «raisons personnelles» pour expliquer ce départ avec effet immédiat. Le groupe «respecte la décision de Jean-Jacques Van Oosten de poursuivre sa carrière hors du groupe et lui souhaite un franc succès dans ses futures entreprises.»

Un signal sans équivoque

Contacté par Le Temps, le propriétaire de Cartier, Piaget, Vacheron Constantin ou encore Jaeger-LeCoultre n’a pas souhaité en dire davantage. Cette démission signe-t-elle un coup d’arrêt dans le processus de numérisation dans lequel le groupe s’est lancé il y a plusieurs mois? Difficile d’y répondre. Mais difficile, aussi, de ne pas noter que Richemont a, entre-temps, lancé une offre sur le distributeur en ligne Yoox Net-A-Porter, afin de se développer dans le commerce en ligne.

Pour prendre le contrôle de la plateforme dont il détient déjà 50%, le groupe est prêt à dépenser plus de 2,5 milliards d’euros. L’offre aux actionnaires est ouverte jusqu’au 9 mai et pourrait être relancée à la fin du mois. Pour les analystes, le signal est sans équivoque: le timing et le montant de l’investissement envisagé démontre à quel point Richemont ne veut pas se laisser distancer par la concurrence, dans un segment d’e-commerce en pleine effervescence, dans le secteur du luxe.

En l’état, on ne sait pas si Jean-Jacques Van Oosten sera remplacé au sein de Richemont. «Le groupe compte sur l’expertise de Yoox Net-A-Porter pour développer ses canaux numériques, tranche l’analyste de Kepler Cheuvreux Jon Cox, cité par Reuters. C’est pour cela que Jacques Van Oosten avait été recruté.» Autrement dit, ce dernier n’aura peut-être jamais de successeur attitré.

Publicité