De deux sites à un seul. Richemont a décidé de réorganiser la fabrication de ses cadrans. Le groupe de luxe genevois a fait part de cette décision jeudi, en précisant que cette activité serait désormais opérée depuis son site de production de la Chaux-de-Fonds, Pro Cadran, mais également au sein de ses marques. Une partie de l’activité est par ailleurs reprise par les marques externes qui sont clientes du groupe.

Cette rationalisation est la conséquence d’un changement structurel qui a lieu chez Richemont, mais aussi dans l’horlogerie en général, depuis plusieurs années: «Ce savoir-faire est aujourd’hui de plus en plus intégré et maîtrisé au sein des manufactures», explique le numéro deux mondial du secteur.

A la Manufacture Stern Cadrans, à Meyrin, 85 emplois sont concernés par cette relocalisation. Des discussions sont en cours avec les partenaires sociaux. La consultation durera 30 jours. Richemont précise que des reclassements dans les autres marques et/ou les usines du groupe, ainsi que chez des partenaires externes, seront proposées à ces employés.

200 emplois créés en une année

Richemont rappelle au passage qu’il a créé 200 emplois en une année à Genève, où il emploie désormais 2700 collaborateurs. Il souligne aussi que sa présence va s’accroître rapidement, avec l’ouverture du campus genevois de haute horlogerie à Meyrin. L’inauguration de ces 45 000 m2 de superficie est prévue au printemps 2016. À terme, plus d’un millier de personnes devraient travailler sur ce site qui comprendra un centre de formation, ainsi que des activités de production et de services pour quelques-unes des marques du groupe, dont Cartier, Jaeger-LeCoultre ou Vacheron Constantin.