Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Une enseigne Lancel à Bordeaux en novembre 2017.
© REGIS DUVIGNAU/REUTERS

Luxe

Richemont se sépare de la société de luxe française Lancel

La marque de maroquinerie est reprise par le groupe italien Piquadro. Richemont recevra une part des bénéfices réalisés par Lancel ces dix prochaines années

Richemont a cédé samedi sa filiale française de maroquinerie Lancel à l’italien Piquadro. La vente n’aura aucun impact sur le bilan, les liquidités ou les résultats du groupe de luxe genevois sur l’exercice en cours, qui prendra fin en mars 2019, a-t-il indiqué lundi.

En guise de paiement, Richemont recevra une part des bénéfices réalisés par Lancel ces dix prochaines années, précise Piquadro dans un communiqué distinct. Le montant perçu est toutefois plafonné à 35 millions d’euros (40,4 millions de francs).

Lire aussi: La transition de Richemont se voit dans les chiffres

«Cette acquisition s’inscrit dans une stratégie de rapprochement des marques d’accessoires initiée il y a environ un an avec l’achat de la marque florentine The Bridge, stratégie que nous comptons poursuivre en vue de générer de plus en plus de synergies», déclare Marco Palmieri, président et directeur général de Piquadro, cité dans le communiqué.

60 magasins dans 39 pays

Fondée à Paris en 1876, la maison Lancel est spécialisée dans la haute maroquinerie et dispose d’un réseau de 60 magasins en nom propre et de 11 points de vente franchisés, dispersés dans 39 pays dont la Chine. L’entreprise fait partie du groupe Richemont depuis 1997 et représentait, aux côtés d’Alfred Dunhill, les activités liées au cuir du groupe genevois.

Lors de l’exercice 2017-2018, clos fin mars, Lancel a généré un chiffre d’affaires de 53 millions d’euros, pour un résultat brut d’exploitation (Ebitda) négatif à hauteur de 23 millions.

Au moment de la conclusion du contrat, la société française disposait d’un flux de trésorerie de 41 millions d’euros et des fonds propres nets de 36 millions. Cotée depuis 2007 à la bourse de Milan, la marque italienne Piquadro vend des sacs, bagages et accessoires.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)