Opinion

Les riches sont des brutes sous un vernis de luxe

Il faudrait mettre en place une forme de tutelle étatique des riches, propose Arthur Simondin, professeur de philosophie à la retraite

En Suisse, il y a une vision répandue de la richesse et de la pauvreté que l’on peut résumer ainsi: le riche a mérité sa richesse, par son labeur et son effort; le pauvre, dans sa paresse et sa médiocrité, a mérité, quant à lui, sa pauvreté. Il existe des versions plus ou moins édulcorées de cette thèse, que peut-être toi-même, lecteur bénévole, partages plus ou moins consciemment. Force est de constater qu’il s’agit d’une idéologie répandue, qui sous-tend tout débat politique sur l’économie. Rappelons-nous à ce propos le débat sur le revenu inconditionnel de base en Suisse. Une telle conception de la richesse et de la pauvreté a été récemment défendue, dans cette même rubrique, par le financier Didier Maurin («Le riche est celui qui est béni par Dieu»). Ses mots étaient violents et ce serait peu dire qu’il conçoit le riche comme un surhomme; le pauvre comme un moins-que-rien.

A lire aussi: Le riche est celui qui est béni par Dieu

M. Maurin a principalement utilisé le philosophe Friedrich Nietzsche pour justifier la thèse de la supériorité des riches. Or, Nietzsche n’a-t-il pas écrit ceci, dans Ainsi parlait Zarathoustra: «En vérité, qui possède peu est d’autant moins possédé: louée soit la petite pauvreté»? Cette manière d’utiliser à mauvais escient un penseur est grave et devrait compter, à côté des fake news, comme des fake thoughts. Dans ces conditions, il est nécessaire de rétablir la vérité en présentant la doctrine de Nietzsche à l’égard des riches.

La figure du riche selon Nietzsche

Comme la majorité des philosophes, Nietzsche condamne l’enrichissement pour lui-même, la passion effrénée de l’avoir et des honneurs. L’argent est tout au plus un moyen, jamais il n’est une fin. Il s’avère en outre extrêmement critique à l’encontre du riche. Pour le riche, «la modeste aisance, qui suffirait à l’homme intellectuel, se transforme en véritable richesse, résultat trompeur de dépendance et de pauvreté intellectuelles» (Humain trop humain). Le riche s’avère pauvre intellectuellement en plus d’être addict à l’argent; incapable de vivre par l’esprit et de jouir de son intellect amoindri, il ne peut qu’accumuler.

C’est le comble de l’ironie d’utiliser précisément Nietzsche pour corroborer la théorie de la supériorité des riches, alors qu’il est l’un de ses critiques les plus véhéments

Il est commun de vouloir sauver le riche en arguant que, même pauvre d’esprit, il soutient ceux qui en ont. Il n’en est rien. Car que fait le riche pour l’humanité? Selon Nietzsche, rien de significatif; il ne participe pas à la culture mais se contente de porter «le masque de la culture et de l’art» pour se donner une dignité qu’il n’a pas. C’est d’ailleurs ce masque qui nous fait croire encore que les riches sont les plus «civilisés», les plus cultivés, les plus fins et distingués. Le riche n’est donc pas néfaste pour lui seul, mais sa «fortune est un danger public» car elle nous fait croire que seul l’argent importe.

D’après Nietzsche, le riche finit même par croire à la réalité de son masque; il est persuadé qu’il est le moteur intellectuel, culturel et économique de son pays et veut, en plus de ses richesses, également jouir d’un respect tout particulier. Mais, Nietzsche nous le rappelle sévèrement: le riche est un menteur, un «comédien», en plus d’être une brute «sous un vernis de luxe». C’est donc le comble de l’ironie d’utiliser précisément Nietzsche pour corroborer la théorie de la supériorité des riches, alors qu’il est l’un de ses critiques les plus véhéments. A bien y réfléchir, cela ne fait que confirmer son analyse.

Modèles et valeurs

Cette brutalité qu’il dénonce semble être plus que jamais à l’œuvre dans le monde. Les riches portent toujours les mêmes masques; on en fait des exemples pour notre jeunesse lorsqu’on attend d’elle qu’elle «réussisse»; à croire que l’on préfère voir nos enfants malheureux et riches, plutôt qu’épanouis dans un tonneau.

Trompée par les apparences, notre société se fourvoie dans ses modèles et ses valeurs; à nos yeux, n’a de valeur que ce qui paie. Si l’on veut assainir la société, il est urgent de remettre le riche à sa place, le sauver de lui-même en offrant à la culture et à la société son trop-plein d’argent afin qu’il soit utilisé, cette fois, avec intelligence. Il faudrait mettre en place une forme de tutelle étatique des riches; les voir non comme des surhommes, mais comme des pucerons dont il faut traire le miellat excédentaire pour le bien de tous.

Publicité