La division Textile Systems, spécialisée dans la fabrication de machines, a une nouvelle fois subi le plus fort recul. Ses ventes brutes ont dégringolé de 53% à 532 millions de francs, a indiqué Rieter vendredi. Automotive Systems, le secteur de la sous-traitance automobile, a pour sa part essuyé une contraction de son chiffre d’affaires de 30% à 1,42 milliard.

La crise économique et financière, qui avait déjà fortement influencé l’évolution de la demande pour les produits des deux divisions en 2008, s’est poursuivie jusqu’au printemps 2009, explique le groupe de Winterthour. En l’espace de deux ans, Rieter a vu ses ventes s’effondrer de près de moitié, après avoir culminé à plus de 4 milliards à fin 2007.

Une légère amélioration des marchés s’est toutefois dessinée en seconde partie d’année, le creux de la vague ayant été atteint à l’issue du premier semestre. Au cours des six derniers mois de l’année, les commandes pour l’ensemble du groupe se sont ainsi hissées à 1,09 milliard de francs, soit une croissance de 9% en rythme annuel et de 30% par rapport au semestre précédent.

Amélioration au 2e semestre

Une évolution qui s’est répercutée sur les ventes: s’inscrivant à 1,05 milliard de francs, le chiffre d’affaires du 2e semestre a dépassé de 17% le niveau présenté six mois auparavant. Il n’en n’est pas moins resté inférieur de 21% à celui dégagé durant les six derniers mois de 2008.

Division historique du groupe, Textile Systems s’est trouvée confronté à la crise structurelle et conjoncturelle de l’industrie textile à partir du 4e trimestre 2007. Le creux de la vague dans ce secteur a été atteint au cours des trois premiers mois de 2009. Les commandes sur l’ensemble de l’année ont baissé de 5% (-3% en devises locales) à 510,8 millions de francs.

Toutefois, les deux semestres ont connu des évolutions diamétralement opposées. En première partie d’année, les commandes ont continué de refluer, passant en l’espace d’un an de 417 à 190 millions de francs. Sur le six derniers mois de 2009, les ordres se sont chiffrés à 321 millions, 69% de plus qu’entre janvier et fin juin 2009.

Rieter explique la chute des ventes de machines textiles du fait de l’effondrement continu des commandes aux 2e semestre 2008 et premier trimestre 2009. L’augmentation des ordres observée dès l’été s’est traduite au niveau du chiffre d’affaires brut du 2e semestre par une hausse de 13% par rapport à celui des six premiers mois de l’année, à 282 millions de francs.

Perte attendue

La division des composants automobiles a pour sa part bénéficié des programmes mis en œuvre par les gouvernements en vue de soutenir les ventes de voitures neuves. Le chiffre d’affaires brut du 2e semestre s’est monté à 774 millions de francs, en hausse de 19% par rapport au montant dégagé six mois plus tôt. En variation annuelle, il a certes encore fléchi de 12%, mais nettement moins que les 30% subis sur l’ensemble de l’année.

Evoquant les perspectives pour 2009 en matière de rentabilité, Rieter estime être parvenu à réduire sa perte au 2e semestre par rapport à celle de 145 millions de francs essuyée après six mois. La poursuite de la restructuration du groupe, avec la suppression annoncée de 1500 postes supplémentaires d’ici la fin de l’année, devrait y contribuer.

A fin juin, le groupe employait 12 617 collaborateurs. En l’espace d’un an, l’entreprise de Winterthour a biffé 2700 emplois fixes et 1300 postes temporaires. Les mesures de chômage partiel ont touché quelque 3000 salariés en Europe.

A la Bourse suisse, l’action Rieter a réagi favorablement. Vers 9h30, elle prenait 4,3% dans un marché lui-même en légère hausse.