Cinq ans après l’abandon du taux plancher, force est de constater que le franc est toujours fortement surévalué. Et pas plus la BNS que le Conseil fédéral n’évoquent de solution alternative aux politiques actuelles pour sortir de l’impasse. Celles-ci se résument essentiellement en trois axes: taux négatifs, interventions régulières sur le marché des changes et rigorisme fiscal.