Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
«On parle de «jalousies féminines», de rivalités entre femmes, comme si cela faisait partie d’une norme de comportement féminin, alors que la jalousie masculine n’est qu’exceptionnellement mentionnée».
© GretaMarie, Getty

Travail

La rivalité féminine au travail, un mythe qui a la vie dure

«Rien de pire que les femmes entre elles», entend-on fréquemment. Ce cliché relayé parfois par les femmes elles-mêmes ne reflète cependant pas souvent la réalité. Explications

En mars 2015, une étude de l’Université du Maryland révélait que, dans une organisation donnée, lorsqu’une femme prend un poste de dirigeante, les chances pour la suivante d’accéder à un niveau équivalent de responsabilités chutent de 50%. Autrement dit, la première arrivée régnerait sans partage en maintenant sciemment ses subordonnées dans un statut d’infériorité.

Les résultats de cette étude font écho aux travaux conduits en 1973 par G.L Staines, T.E. Jayaratne et C. Tavris, chercheurs de l’Université du Michigan. Ces sociologues nord-américains, premiers à avoir identifié le «Queen Bee syndrome» ou syndrome de la reine des abeilles, évoquent la ruche et le comportement des abeilles «dont la reine ne laisse aucune chance de survie à ses rivales d’alvéoles» comme équivalents à ce que vivent les femmes en entreprise.

La méchanceté, une prérogative féminine?

Quid des femmes de même niveau hiérarchique? Une idée communément répandue veut qu’un univers de travail essentiellement féminin soit nécessairement conflictuel. «En entreprise, les hostilités sont ouvertes entre les unes et les autres pour savoir qui gravira le plus vite les échelons. Elles chercheraient à éliminer leurs rivales par tous les moyens», écrit Yves Deloison dans Pourquoi les femmes se font toujours avoir? (Ed. First). Annik Houel, auteure de Rivalités féminines au travail (Ed. Odile Jacob), remarque de son côté qu’«une femme n’annonçant pas de conflits particuliers avec d’autres femmes est perçue comme une exception plutôt que comme la norme».

Quant aux hommes, «comme chacun sait, la compétition entre (eux) n’existe pas, ironise Yves Deloison. C’est bien connu, le manager mâle n’a que tendresse pour ses collègues masculins, eux-mêmes doux comme des agneaux.» Annik Houel ajoute qu’«on parle de «jalousies féminines», de rivalités entre femmes, comme si cela faisait partie d’une norme de comportement féminin, alors que la jalousie masculine n’est qu’exceptionnellement mentionnée».

Sortir des clichés

Pourtant, les «manageuses acariâtres» et les collègues jalouses qui font feu de tout bois pour ruiner la carrière des autres femmes sont davantage l’exception que la norme, n’en déplaise à certains psychologues. Une étude nord-américaine du Workplace Bullying Institute est ainsi arrivée au constat suivant: si les femmes ayant une conduite intimidante ou humiliante s’en prennent à une autre femme dans 68% des cas, les hommes restent les plus coutumiers du fait: ils représenteraient en effet 69% des bullies (tyrans), contre 31% pour les femmes. En France, le rapport 2013 sur les relations de travail entre les hommes et les femmes indique quant à lui que 50% des actes de sexisme sont ressentis comme étant exclusivement le fait d’hommes, d’hommes et de femmes indifféremment dans 33% des cas, et venant d’une femme ou d’un groupe de femmes dans 2% des situations.

Les femmes plus enclines que les hommes à s’entraider

Autre étude intéressante, celle menée en 2012 par Catalyst. Selon cette ONG nord-américaine, les femmes seraient plus enclines que les hommes à s’entraider: 65% de celles qui ont bénéficié d’un coup de pouce contribuent ensuite à l’avancement des plus jeunes, contre 56% des hommes dans la même situation. Ainsi, toujours selon cette étude, près de trois quarts des femmes soutiennent d’autres femmes. «Il faut donc croire que les femmes ne se mettent pas plus de bâtons dans les roues entre elles que les hommes ne le font entre eux, poursuit Yves Deloison. Mais les mythes ont la vie dure.»

Un accord de non-agression

Léa Salamé, Roselyne Febvre, et Vanessa Burggraf nous offrent à cet égard un bel exemple d’entraide et de solidarité féminines. A la fin des années 2000, les trois journalistes, qui se connaissent de longue date, ont scellé un accord «de non-agression» à l’hôtel Plaza Athénée. «Trinquant à la caïpirinha, les trois copines se promettent une chose: «Entre nous, jamais de trahison et toujours de l’entraide», rapporte le magazine Gala. A ce jour, le «pacte du Plaza» tiendrait toujours. Léa Salamé, dont le fauteuil dans On n’est pas couché avait été repris par Vanessa Burggraf en 2016, aurait d’ailleurs influencé le choix de Laurent Ruquier.

La technique de l’amplification

Autre exemple de solidarité féminine, celui des conseillères de Barack Obama qui ont fait leur cette recommandation de l’avocate nord-américaine Nina Shaw: «If you want to be a woman in power, then empower other women.» (Si vous voulez être une femme au pouvoir, donnez du pouvoir aux autres femmes.) Ayant remarqué que leurs collègues masculins s’arrogeaient leurs idées, elles ont décidé de concert de pratiquer l’amplification: dès qu’une femme proposait une idée, une autre femme répétait son propos en précisant bien qui en était à l’origine; les autres faisaient de même jusqu’à ce que tout le monde ait bien identifié l’idée et son auteure.

Notons enfin l’existence des réseaux professionnels féminins qui, depuis 2006, ne cessent d’augmenter. «Petits déjeuners thématiques, conférences et coachings sont l’occasion pour les femmes d’échanger sur leurs difficultés, mais aussi de partager leur vision et de s’entraider pour évoluer professionnellement», note Christine Moussot, auteure du livre Femmes, faites-vous entendre (Ed. Odile Jacob). Elle ajoute que chaque grande école, chaque entreprise d’envergure et chaque secteur a son réseau.

En définitive, en présence de commentaires tels que «rien de pire que les femmes entre elles», il est bon de se rappeler que ce «rien de pire» ne concerne qu’une minorité de femmes. Ces dernières sont de plus davantage à plaindre qu’à craindre car, comme le dit si justement l’ancienne secrétaire d’Etat des Etats-Unis Madeleine Albright: «There’s a special place in hell for women who don’t help other women.» (Il y a une place réservée en enfer pour les femmes qui ne s’entraident pas.)

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)