Le géant bâlois Roche a annoncé lundi avoir reçu toutes les autorisations nécessaires de la part des gendarmes de la concurrence pour conclure le rachat du laboratoire américain Spark Therapeutics. L'Agence américaine de la régulation du commerce, la FTC, «a clos son enquête et accordé une autorisation inconditionnelle» à l'opération, a indiqué le groupe dans un communiqué.

«Après une enquête exhaustive de 10 mois» visant à déterminer si la fusion réduirait ou non la concurrence potentielle sur le marché des thérapies contre l'hémophilie A, les éléments examinés «n'ont pas indiqué que Roche serait incité à retarder ou à mettre fin à aux effort de développement déployés par Spark pour sa thérapie génique contre l'hémophilie A, ou que l'acquisition affecterait» Hemlibra, le médicament de Roche contre l'hémophilie, a fait savoir la FTC dans un communiqué séparé.

Lire aussi: Roche va faire une acquisition pour plus de 4 milliards de dollars

Le laboratoire bâlois avait annoncé plus tôt dans la journée que l'autorité britannique de la concurrence et des marchés, la CMA, avait aussi donné son accord à ce rapprochement au terme de son enquête. Cette agence a estimé que l'opération n'allait «pas affecter négativement» la concurrence dans la mesure où les services de santé britanniques et les patients disposeront d'un «choix adéquat» dans les options de traitements pour l'hémophilie A (la forme la plus fréquente d'hémophilie).

Une entrée dans le développement de la thérapie génique pour Roche

L'opération avait été annoncée en février, quand le groupe suisse, actif notamment dans les maladies du sang, avait dévoilé une offre pour racheter le laboratoire américain, proposant 114,50 dollars par titre à ses actionnaires. La transaction, qui valorise Spark Therapeutics à 4,3 milliards de dollars (4,19 milliards de francs au cours actuel), avait été approuvée à l'unanimité par les conseils d'administration des deux entreprises. Mais le délai de clôture de l'offre publique d'achat (OPA) avait depuis dû être repoussé à plusieurs reprises en l'attente du feu vert des autorités de la concurrence.

Roche a mis sur le marché un nouveau traitement pour l'hémophilie appelé Hemlibra, approuvé aux Etats-Unis depuis novembre 2017 et depuis février 2018 dans l'Union européenne. Le laboratoire Spark Therapeutics développe de son côté une thérapie génique pour cette maladie, ce qui a amené les autorités à vérifier que ce rapprochement n'allait pas entraver le choix des patients, médecins et services de santé dans leurs options de traitement.

Lire également: Roche s’impose sur le marché des thérapies géniques

La CMA a argumenté que Spark Therapeutics n'est pas le seul laboratoire actuellement en train de mettre au point une thérapie génique pour cette maladie. En outre d'autres médicaments innovants, susceptibles de devenir des «alternatives viables» aux produits de Roche et Spark Therautics, sont également en cours de développement, a souligné la CMA.

Le délai de clôture de l'OPA, repoussé à dix reprises, courrait jusqu'à 17 heures - heure de New York (23 heures en Suisse) - ce lundi 16 décembre, à moins de devoir être de nouveau reporté, a précisé Roche dans le communiqué. L'action du groupe s'est appréciée de 1,18% à 304,10 francs suisses à la Bourse suisse.

Lire aussi: Roche rachète un concurrent américain