Pharmaceutique

Roche s’impose sur le marché des thérapies géniques

Le géant pharmaceutique bâlois va racheter la start-up américaine Spark Therapeutics pour plus de 4 milliards de dollars. Une stratégie sur le long terme qui ne fait pas d’ombre à Novartis

Le groupe pharmaceutique bâlois Roche a annoncé lundi le rachat pour 4,3 milliards de dollars (pareil en francs) de la start-up américaine Spark Therapeutics, un laboratoire spécialisé dans les thérapies géniques. Ce n’est pas la première fois que le géant rhénan s’intéresse à ce secteur en pleine expansion, dont les techniques permettent de traiter une maladie en faisant pénétrer des gènes fonctionnels dans les cellules ou les tissus d’un individu. En 2017, le groupe avait déjà lancé un traitement de ce type, nommé Hemlibra, pour soigner l’hémophilie A.

Lire aussi: Roche va faire une acquisition pour plus de 4 milliards de dollars

Cette nouvelle opération permettra à Roche d’asseoir son influence dans ce domaine, imitant en ce sens son voisin Novartis. En effet, ce dernier avait offert en mai 2018 près de 9 milliards de dollars pour le rachat de la société de biotechnologie américaine Avexis, également active dans la thérapie génique.

Si les deux géants suisses investissent dans ce domaine, ce n’est pas pour autant qu’ils sont en concurrence directe, souligne Stefan Schneider, analyste financier chez Vontobel. «Les recherches du laboratoire Spark Therapeutics portent principalement sur l’hémophilie, les maladies oculaires et neurodégénératives, tandis qu’Avexis s’intéresse davantage aux problèmes d’atrophie musculaire, comme l’amyotrophie», souligne-t-il, ajoutant que les principaux concurrents de Roche sur ce segment sont désormais les laboratoires Biomarin et Sangam/Pfizer.

Une stratégie prometteuse

Pour Roche, cet achat constitue un «pari sur le futur», juge Agathe Bouché Berton, analyste financière chez Bordier. «C’est une stratégie sur le long terme qui n’est pas sans risque, compte tenu du stade encore précoce de nombreux développements. Toutefois, s’imposer sur le marché de la thérapie génique est incontournable et très prometteur.»

L’opération de rachat devrait être bouclée durant le deuxième trimestre, a annoncé Severin Schwan, le directeur général de Roche. Spark Therapeutics continuera à fonctionner de manière indépendante depuis son siège de Philadelphie une fois intégrée au sein du groupe. A la bourse de New York, le titre Spark Therapeutics a pris 120% à 113 dollars, alors que l’action Roche a terminé à -0,24% à la bourse suisse lundi.

Publicité