Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Une Rolex au poignet d'un participant du WEF, en 2009
© ALESSANDRO DELLA BELLA

L'histoire

Les Rolex et les Apple Watch, reines de Davos

Même si le constat n’a rien de scientifique, en observant les poignets présents au Forum économique mondial, on découvre une majorité étonnante de Rolex et d’Apple Watch

A Davos, difficile de croiser le patron d’une marque horlogère suisse. «Nous n’avons pas besoin du WEF», nous expliquait l’un d’entre eux lors du Salon international de la haute horlogerie, la semaine dernière. Paradoxe: leurs produits se retrouvent à tous les poignets.

Lire aussi: Ces «moments» uniques au Forum de Davos

Pour qui s’intéresse à l’horlogerie, le constat est d’ailleurs frappant: les Rolex et les Apple Watch sont surreprésentées aux bras des puissants réunis dans la station grisonne. Ce constat n’a évidemment rien de scientifique mais, après quatre jours de conférences et de rencontres diverses, on peut ainsi facilement considérer qu’il y a au moins quatre Rolex et deux Apple Watch toutes les dix montres.

Rares Daytona en platine

Un exemple parmi d’autres: lors du panel intitulé «Transformer la santé à l’heure de la quatrième révolution industrielle», mercredi, sur les six personnes assises dans la même rangée que l’auteur de ces lignes, toutes avaient une montre affichant une couronne. Juste devant et juste derrière, quatre personnes consultaient régulièrement leurs Apple Watch. Mercredi soir, lors d’un autre événement où il fallait enlever sa montre, sur sept garde-temps posés sur la table, on dénombrait quatre Rolex, une Apple Watch, une TAG Heuer et un modèle d’une marque inconnue.

Quelles sont les références? Difficile de toujours bien les distinguer. Au poignet des femmes présentes au Congress Hall, on a vu plusieurs Lady-Datejust serties de pierres précieuses. Du côté des hommes, on reste dans le très classique avec des Submariner – presque toujours noires – des GMT-Master (dont plusieurs fois la version Batman) et, bien entendu, de rares Daytona (dont le modèle en platine).

Retrouvez ici le déroulé de cette dernière journée du WEF: Donald Trump, le discours de Davos

Macron et sa montre made in France

Du côté des Apple Watch, il est plus difficile de distinguer les différents modèles. Celui qui se remarque le plus facilement – la version cellulaire de la troisième génération, avec une couronne rouge – n’a été aperçu qu’une seule fois, vendredi, au poignet de Ray Dalio. Le fondateur du numéro un mondial des hedge funds Bridgewater participait à un panel sur «la fin de l’argent facile».

Ce n’est évidemment pas un duopole absolu. Au beau milieu de son discours, Emmanuel Macron a ainsi enlevé ce qui semblait être sa Merci LMM-01 (marque française, mais mouvement swiss made). Sur la semaine, il y a eu également plusieurs Breitling Navitimer, quelques Jaeger-LeCoultre Reverso et une magnifique Omega Speedmaster vintage (et même une vieille Casio en plastique). Une délégation asiatique se rendant au discours de Donald Trump affichait une collection de Grand Seiko. Et, attachée au poignet d’une attachée de presse suisse, une inévitable Daniel Wellington.

Plus insolite: lors du panel sur «les marchés globaux à l’heure d’un monde fracturé», on a pu admirer une Swatch en plastique au poignet de Stephen Schwarzmann, fondateur et directeur général de Blackstone. Un fonds d’investissement qui gère quelque 387 milliards de dollars.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)