Swatch Group n’est plus le numéro un de l’horlogerie helvétique en termes de parts de marché. Le groupe Rolex, qui englobe la marque à la couronne et sa société sœur Tudor, lui a ravi la première marche du podium l’an dernier. C’est du moins l’une des conclusions du quatrième rapport sur l’industrie horlogère suisse publié lundi par la banque Morgan Stanley, en partenariat avec Olivier Müller, expert horloger chez LuxeConsult et blogueur pour Le Temps.

Cette étude annuelle, qui établit le top 50 des marques helvétiques, doit évidemment être prise avec précaution. La branche n’étant pas particulièrement connue pour sa transparence, ces spécialistes se basent en grande partie sur des estimations, qui vont du chiffre d’affaires au nombre de pièces exportées en passant par le prix moyen par montre ou les ventes par canaux de distribution. La banque procède ensuite à un lissage des données pour calculer les parts de marché de chaque manufacture.