Horlogerie

Rolex passe un cap dans la chronométrie

Toutes les montres de la marque genevoise sont désormais soumises à une nouvelle certification

Pour Rolex, Baselword 2016 restera comme l’année où un nouveau cap a été franchi dans le monde de la chronométrie. En termes horlogers, on parle de «réduction des critères». Dans la réalité, cela veut dire que les montres vont être soumises à un contrôle encore plus intensif pour devenir toujours plus fiables en termes de précision, d’étanchéité, de remontage automatique et d’autonomie.

Comme l’expliquent les experts de Rolex, «si le COSC certifie le mouvement, là c’est les montres elles-mêmes qui vont l’être». En effet, le COSC (pour contrôle officiel suisse des chronomètres) teste les seuls mouvements. Pour Rolex, qui parle de «certification chronomètre superlatif», c’est désormais l’entier du produit qui sera vérifié. La précision passe de -2/+2 secondes par jour, soit plus de deux fois celle exigée d’un chronomètre officiel. «Il y a forcément des perturbations au moment de l’emboîtage, le contrôle qui s’effectue ensuite donne plus de garanties.»

Si vous vous rendez chez votre horloger au coin de la rue, il vous établira une précision à zéro, soit une situation parfaite. C’est évidemment beaucoup plus complexe à obtenir dans un circuit de production à grande échelle. «Le plus difficile en termes de tests c’est de créer une méthodologie qui prenne en compte l’expérience utilisateur», explique nos interlocuteurs de la manufacture rencontrés à Baselworld.

Relance de la ligne Air-King

Rolex passe ainsi un cap pour atteindre des niveaux de qualité supérieurs au reste de l’industrie, tout en restant capable de produire de grands volumes de pièces. Cette certification «superlative» s’étendra désormais à l’ensemble de la production et sera signifiée par un sceau vert et une garantie internationale de 5 ans. Pour Rolex qui a sorti son premier chronomètre en 1910, c’est une avancée qui tient de la prouesse industrielle.

Une autre nouveauté chez la marque à la couronne, c’est la relance d’une ligne Air-King, au départ une Oyster Perpetual que les amateurs connaissent bien. Le modèle affiche un design éprouvé avec des volumes qui en impose. L’original date de 1943 et aujourd’hui le diamètre est agrandi pour correspondre au goût de l’époque. Le plus surprenant, un prix attrayant de 5900 francs, soit le plus abordable des modèles dans sa catégorie.

De manière générale, Rolex présente beaucoup de performances ramassées dans des montres très classiques. C’est un signe du moment que vit l’horlogerie dans son ensemble. Alors que les exportations ont baissé pour la première fois l’an dernier depuis 2009, les maisons proposent des modèles où le client en a plus que jamais pour son argent. 

Publicité