Il a d’abord été nommé directeur en 1993. Puis président dès 2002. C’est peu dire que Jean-Daniel Pasche incarne à lui seul la Fédération de l’industrie horlogère suisse (FH).

Fondée en 1982 pour défendre les intérêts de la branche, la faîtière peine aujourd’hui à faire l’unanimité au sein des 457 entreprises qu’elle représente. Pour bon nombre de critiques, la présence du même homme à sa tête depuis des décennies est un réel problème. La réalité est toutefois plus subtile.