Publicité

Le rouble bat un nouveau record absolu de faiblesse

La monnaie russe, qui a repris sa chute fin octobre, a perdu plus d’un tiers de sa valeur en un an

Le rouble a poursuivi sa chute inexorable lundi, battant de nouveaux records absolus de faiblesse face au dollar et à l’euro, plombé par la baisse des prix du pétrole et par les sanctions économiques imposées par les Occidentaux à la Russie.

Le rouble est tombé à 64,50 roubles pour un euro et 51,84 roubles pour un dollar peu après 07H00 GMT. Il s’est ensuite légèrement replié.

La monnaie russe, qui a repris sa chute fin octobre, a perdu plus d’un tiers de sa valeur en un an, tirée vers le bas par les sanctions économiques décrétées par les Occidentaux dans la crise ukrainienne et par les cours du pétrole, dont l’Etat russe tire la moitié de ses revenus.

La décision la semaine dernière de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) de maintenir leur niveau de production à 30 millions de barils par jour pour les six prochains mois a relancé la chute du rouble.

Les autorités russes se veulent rassurantes, le président Vladimir Poutine affirmant ne voir «rien de particulier» dans la décision de l’Opep.

«L’hiver approche, et je suis sûr qu’au premier trimestre, vers le milieu de l’année, le marché sera rééquilibré», avait-il assuré.

Interventions... si nécessaire

La Banque centrale russe, qui avait décidé début novembre de laisser la monnaie russe flotter librement, a annoncé vendredi être prête à reprendre si nécessaire ses interventions régulières censées réduire la volatilité des échanges.

Pour autant, selon un sondage publié par le centre indépendant Levada, la population russe commence à s’inquiéter de la dégradation de l’économie russe, dont l’horizon s’annonce bien sombre avec une croissance qui devrait tomber à zéro début 2015 selon la Banque centrale.

Un quart des Russes interrogés se disent ainsi préoccupés par la chute des prix du pétrole tandis que 80% des Russes s’inquiètent aussi de l’inflation, qui a dépassé les 8% à cause de la faiblesse du rouble et l’embargo de Moscou sur la plupart des produits alimentaires occidentaux.